COMPTOIR
  

La Chine prépare son propre Chips Act !

Ah les Chips Act, ces fameuses enveloppes destinées officiellement à booster l'industrie du semiconducteur. On en connaissait deux pour l'instant. Celui des USA avec ses 76 milliards de dollars (52 de subventions + 24 de crédit d'impôt) et celui de l'Europe avec ses 43 milliards d'euros, qui seront également répartis de plusieurs façons et pour servir un ensemble d'aspect de la chaine d'approvisionnement du semiconducteur. Eh bien, face à l'Ouest cherchant à s'émanciper petit à petit de l'Asie, tout en érigeant dans la foulée de nombreuses barrières pour entraver directement ou indirectement les ambitions des autres, il se trouve que la Chine aussi s'est tout à coup - compréhensiblement - retrouvée avec l'envie d'entamer une approche plus directe et d'investir lourdement dans son industrie du semiconducteur !

 

chine semiconducteur puce

 

Et v'lan, voici le Chips Act à la chinoise ! La somme ? Ni plus ni moins un trillion de yuans, soit 135 milliards d'euros ! Soudainement, les sommes américaines et européennes paraissent bien rikiki. Naturellement, comme c'est le cas ailleurs, une partie sera versée directement sous forme de subvention - a priori dès le début de l'année prochaine - et le reste sera appliqué sous forme d’avantages fiscaux. C'est un projet qui s'étalerait sur 5 années et ciblera principalement les parties production et R&D de la chaine d'approvisionnement chinoise du semiconducteur, afin de rendre celles-ci plus compétitives avec le reste du monde et compenser au maximum les dernières restrictions commerciales les plus strictes, et prévenir celles à venir. 

 

Il va de soi que tout cela ne pourra se faire avec les technologies les plus modernes, mais en se contentant notamment des procédés matures, au mieux du 14 nm, voire éventuellement du 7 nm, dont SMIC aurait réussi à obtenir des puces prototypes. Certes, il est tout de même encore possible de faire plein de choses à partir de ces technologies. Cependant, ce mélange de technologies anciennes (donc en principe faciles et assez peu chères à produire) et de très grosse manne financière venue de tout en haut fait déjà craindre la possibilité d'une inondation du marché, qui pourrait en retour faire mal aux entreprises occidentales. Cependant, il semblerait que la Chine a avant tout l'intention de produire pour elle-même, d'assurer son autonomie et sa puissance technologique. En tout cas, on imagine que SMIC devrait largement en profiter, de même que Huawei, qui cherche depuis peu à relancer son opération de production de semiconducteur.

 

Enfin, c'est, semblerait-il, d'ailleurs aussi dans ce  contexte que la Chine a récemment interdit l'exportation de toutes les puces de la famille Loongson, jugée « de qualité militaire » et donc trop importantes pour le pays. L'interdiction serait générale, mais affecterait particulièrement la Russie, pour qui le semiconducteur chinois fut pourtant une lueur d'espoir face aux sanctions pour ce domaine en particulier. Un rebondissement pour le moins intéressant. (Source : Reuters, via Computerbase)

Un poil avant ?

1 centime par Go de disque dur en 2025 ? Backblaze pense que c'est possible !

Un peu plus tard ...

Test • Arctic MX-6 et Corsair XTM70

Les 16 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !