L'acquisition d'ARM Holdings par Nvidia avait été rendue officielle il y a bientôt 4 mois, une transaction — pour l'équivalent en espèces et actions de la modique somme de 40 milliards de dollars — qui n'a pas manqué de surprendre son monde, bien que la rumeur courait alors déjà depuis quelques semaines, et de secouer l'industrie du semiconducteur ! Il faut dire que Nvidia base désormais de très grosses ambitions sur ce rachat, notamment celle de développer sa propre armada de CPU maison, pour s'attaquer dans un premier temps au marché mégajuteux des datacenters.

Évidemment, vu le statut d'ARM dans le monde du semiconducteur, ainsi que celui de Nvidia, la nouvelle n'a pas manqué de soulever des inquiétudes, certains la qualifiant même de « désastre ». En effet, nombreux sont les concurrents de Nvidia exploitant les technologies d'ARM et ceux-ci craignent déjà que la compagnie britannique puisse perdre sa neutralité une fois entre les mains de son nouveau propriétaire. Certes, en bon homme d'affaires et chef de son Église, Jensen Huang s'était dépêché d'intervenir avec un ton rassurant, en promettant que Nvidia maintiendra la neutralité d'ARM et son modèle de licence, mais vous vous en doutez bien que ça n'a pas convaincu tout le monde et qu'il en faudra bien plus.

 

En attendant, quelques mois après l'annonce, ARM étant une compagnie basée en Angleterre, l'autorité britannique de la concurrence et des marchés a commencé à se pencher sur l'acquisition en raison des importantes préoccupations concernant la concurrence. Un processus parfaitement normal pour ce genre de transaction, mais qui promet de faire l'objet d'un examen beaucoup plus minutieux et long que d'ordinaire, vu les partis impliqués et le marché concerné.

 

 The chip technology industry is worth billions, and critical to many of the products that we use most in our everyday lives. We will work closely with other competition authorities around the world to carefully consider the impact of the deal and ensure that it doesn't ultimately result in consumers facing more expensive, or lower quality, products. » - Andrea Coscelli, Chief Executive of the Competition and Markets Authority. 

 

Et les autorités britanniques ne seront pas les seules à le faire, puisqu'elles collaboreront plus ou moins étroitement avec les autres autorités de régulations dans le monde, le mariage d'ARM et de Nvidia ayant également soulevé des inquiétudes en Europe, aux USA et en Chine. D'ailleurs, il se murmurait en septembre dernier que la Chine pourrait potentiellement décider de faire barrage afin d'éviter la naissance d'un nouveau monopole américain, mais ce n'était alors que basé sur l'avis d'un seul expert chinois dans le domaine. Enfin, nul doute que l'avenir de la transaction dépendra également de l'évolution de la relation Chine-USA au fil de 2021, à voir si la sortie de Trump de la Maison-Blanche apportera du mieux de ce côté-là, ou pas. De toute manière, ARM a bien dit que l'affaire ne risque pas d'être conclue avant le début de 2022, Nvidia a de son côté avancé une période de gestation de 18 mois à partir de l'annonce, ce n'est donc encore que le début ! (Source)

 

nvidia arm union burger chips cdh


Un poil avant ?

Redécouvrons ensemble le dernier quatuor G-Master Red Eagle d'Iiyama

Un peu plus tard ...

Du passif, du Titanium, 700W, Silverstone envoie du lourd !

 Quoi de neuf depuis l'annonce du rachat d'ARM par Nvidia, en septembre dernier ? Qui a sorti la loupe ? 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Les 2 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !