• Verdict

diesNous voici parvenus au bout de ce dossier et il faut bien reconnaître que ces processeurs nous ont tout simplement bluffé. Certes le passage au 7 nm était de bon augure. Certes les points de progrès de l'architecture Zen déjà clairement identifiés lors de son lancement, il y a plus de 2 ans. Mais on a beau savoir tout cela, il est difficile de ne pas être sidéré par le retournement de situation dans le monde du CPU. Intel paraissait vraiment invincible depuis son retour aux affaires en 2006, après un long purgatoire Netburst. Mais ce géant s'est assoupi alors que son concurrent renaissait de ses cendres, en multipliant les bons choix qui conduisent à la situation éprouvée ce jour. Alors bien sûr, AMD vient de remporter de fort belle manière une bataille, mais le futur n'est en rien écrit. En interne, les cœurs Zen2 sont un "simple" rattrapage de l'architecture Skylake, avec de très fortes similitudes au sein de l'organisation logique. Lorsqu'Ice Lake verra le jour chez Intel - et c'est bien dans la date des CPU de bureau que se situe le problème - il faudra s'attendre à une reprise de flambeau dans le domaine ludique, si tant est que la fréquence suive. Mais pour le moment Zen 2 permet aux rouges de reprendre un ascendant conséquent sur son concurrent, sans contrepartie ou presque. Les choix d'AMD ont été pragmatiques, mais payants : l'orientation multi-chip était clairement la bonne approche, cédant certes un léger pouillème de pourcentage de performances en jeu, mais offrant un tarif positivement ahurissant rapporté au nombre de cœurs, tout en progressant sur la taille des caches. En effet, alors que le Ryzen 7 3700X est censé jouer dans la cour du Core i7-9700K vu leur tarification respective, il le devance de plus de 40 % (de quoi dépasser nettement le 9900K !) tout en consommant moins. Intel va devoir ajuster très rapidement et fortement ses tarifs, s'il veut sauvegarder ses parts de marché. Le Ryzen 9 3900X est facturé à un tarif officiel proche de celui du Core i9-9900K, pourtant il le devance de plus de 60%, de quoi tutoyer le monstrueux Core i9-9980XE à plus de 2000 €. N'en rajoutez plus, la coupe est pleine. Pourtant, il serait injuste d'oublier la partie interface du processeur, avec une gestion native du PCIe 4.0, une première sur plateforme grand public.

 

x570 mini

 

AMD X570

Et AMD n'en avait pas fini à ce niveau. Le chipset X570 est prévu pour étendre très largement les interfaces du module cIOD du CPU. Ces derniers sont d'ailleurs interconnectés entre eux par le biais d'un lien PCIe 4.0 4x. Le chipset est capable de son côté de gérer jusqu'à 12 ports SATA et jusqu'à 16 lignes PCIe, sans compter les 8 USB 3.2 qui complètent la dotation fournie directement par le processeur (4). Tout cela est bien entendu flexible, les constructeurs peuvent donc opter pour le choix qu'ils jugent le plus pertinent suivant le placement tarifaire visé par le produit. Tout semble parfait, mais il y a un hic : vu ses fonctionnalités, le X570 s'avère malheureusement gourmand (pour un chipset) du fait du procédé de gravure utilisé. Cela entraîne le retour d'un petit ventilateur pour une dissipation active ou semi-active. Malgré de belles promesses, nous avons été plutôt déçus de constater que non seulement le ventilateur tournait relativement souvent, mais qu'en plus il peut s'avérer rapidement très désagréable pour ceux qui sont sensibles au bruit. Alors bien sûr, il est possible que les cartes mères en notre possession soient des préséries nécessitant d'être améliorées, c'est d'ailleurs le message que nous ont transmis les constructeurs. Il faut aussi préciser que toutes les cartes mères ne se valent pas à ce niveau, certains constructeurs rivalisant d'ingéniosité pour réduire les nuisances sonores. Asrock lie par exemple le dissipateur chipset au bouclier métallique surplombant la face avant de la carte mère, servant également de dissipateur pour les SSD M.2. De ce fait, la surface de dissipation globale est conséquente et la température du X570 monte (un peu) moins, limitant ainsi les envolées du ventilateur, lors de la sollicitation des interfaces. Pour autant, ces ventilateurs rappellent de (très) mauvais souvenirs, surtout au niveau de leur vieillissement. C'est un point qu'il faudra vérifier dans le temps. Autre point d’achoppement éventuel, la tarification des dites cartes mères. En l'absence de prix officiel pré levé d'embargo, nous ne pouvons que nous fier à nos (grandes) oreilles. Ce qui nous est rapporté pour l'heure n'est pas engageant, mais mérite toutefois d'être vérifié en pratique, une fois les boutiques servies et les tarifs affichés...

 

fusee

Des fusées ces nouveaux CPU ! 

 

En résumé, cette nouvelle génération de processeur Ryzen s'appuyant sur Zen 2 est une franche réussite. AMD coche toutes les cases en proposant des processeurs très performants, dotés des derniers raffinements et avec une consommation sous contrôle, en particulier le 3700X.  Annoncé à 329 $, cela devrait se traduire par un tarif de 349 € une fois en boutique et l'éventuel effet nouveauté passé. Son grand-frère devrait de son côté se négocier aux alentours de 529 € une fois le marché stabilisé. Les esprits chagrins se plaindront probablement d'une inflation des tarifs du flagship par rapport à la gamme Zen+ AM4 (et encore le modèle à 16 cœurs est plus onéreux), difficile en effet de ne pas considérer cela comme un investissement conséquent, mais les performances s'envolent avec ce dodécacore sur plateforme Mainstream. La consommation bien qu'en hausse sensible reste dans le domaine du raisonnable. À noter qu'AMD livre un ventilateur de qualité avec ces 2 processeurs, de quoi économiser encore pour ceux qui ne souhaitent pas forcément overclocker. Autant dire qu'il est bien difficile de conseiller un produit concurrent en face de ces deux-là à l'heure actuelle, et ce ne sont pas les Ice Lake mobile prévus pour la fin d'été qui changeront nos suggestions, faute de déclinaison sur le segment des PC de bureau.

Mais s'il est un point qui devra tout de même être levé, c'est le choix de la carte mère. De nombreux modèles X470 seront compatibles, et ils ont pour gros avantage un refroidissement chipset passif et un tarif bien plus modéré que celui attendu pour ceux utilisant le X570. Certes il faudra faire l'impasse sur les très nombreux raffinements de ce dernier, mais nous vous conseillons de bien peser leur intérêt vis-à-vis de vos usages et de la durée de conservation envisagée de la plateforme. Il nous semble que ce X570 eut été parfait avec un niveau de consommation plus réduit et donc un procédé de fabrication plus évolué. Cela aurait probablement eu un impact supplémentaire sur le coût (déjà envisagé comme problématique selon nos premiers échos), mais pour avoir (sur)vécu la période des refroidisseurs actifs sur chipset, nous en gardons une sainte horreur. Les premiers tests de cartes mères ne nous ont pas forcément rassurés, et il est difficile d'imaginer un vieillissement serein, vu la taille des ventilateurs et leur fragilité dans le temps avec l'accumulation de poussière. Bien entendu, ceci doit être relativisé, vu le côté "beta" des cartes mères et bios utilisés. Wait and see comme toujours, en croisant les doigts pour que ce ne soit finalement que des craintes infondées.  

noctua 40 bequiet 40 intel 40 Logo G.Skill

Nous remercions naturellement nos partenaires pour la mise à disposition des éléments de test.

 

• Côté street price, ça dit quoi ?

 




Les 253 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !