• Performances synthétiques

Nous débutons nos tests synthétiques par AIDA64 et ses outils de mesure "mémoire" dans un premier temps. Du côté des débits en lecture, le Core i7-5960X profite de sa fréquence mémoire plus élevée (en DDR4) pour prendre l'ascendant sur ses devanciers, ce qui n'est pas le cas en écriture...

 

AIDA64 lecture mémoire [cliquer pour agrandir]AIDA64 écriture mémoire [cliquer pour agrandir]

Cliquez pour agrandir

 

Les opérations de copie mémoire révèlent un avantage similaire à celui de la lecture en faveur du 5960X, par contre au niveau de la latence c'est logiquement moins bien (vu le couple fréquence/timings employé sur DDR 3 & 4) puisque l'on perd 5 ns par rapport à son prédécesseur.

 

AIDA64 copie mémoire [cliquer pour agrandir]AIDA64 latence mémoire [cliquer pour agrandir]

Cliquez pour agrandir

 

Poursuivons nos évaluations avec un bench un peu moins synthétique : le test LAMMPS lancé au travers de la suite Phoronix sous Linux et qui est un simulateur dynamique de Molécule. A priori faiblement threadé, ce test ne permet pas au Core i7-5960X de briller. Vient ensuite le tour de 3DMark d'éprouver les différents CPU. Nous n'utilisons ici que le bench Physics FireStrike de la suite de FutureMark. Cette fois, les calculs peuvent être fortement multithreadés, le Xeon E5-2697 V2 expose ses muscles transistors et devance nettement les hexacores du même fondeur mais se retrouve talonné cette fois par l'octocore du jour.

 

PCMark 8 Home test [cliquer pour agrandir]3DMark FireStrike Score Physique [cliquer pour agrandir]

Cliquez pour agrandir

 

Fritz Chess Benchmark permet de paralléliser les calculs d'un jeu d'échecs et ce jusqu'à 16 threads maxi. Le Xeon ne pouvant exploiter toutes ses capacités (24 threads), il cède la première place au i7-5960X impérial avec ces 8 coeurs Haswell-E. C'est à présent Super Pi qui fait office d'épreuve pour nos protagonistes. On calcule ici 8 millions de décimales à Pi. Le CPU est prépondérant dans ce test, mais étant monothread, ce sont l'efficacité de l'architecture et la fréquence qui différencient ce petit monde, le nouveau venu paie ici ses cadences inférieures en étant devancé par nombre de puces dont ses prédécesseurs à 6 coeurs Sandy et Ivy Bridge.

 

Fritz Chess Benchmark [cliquer pour agrandir]Super PI 8M [cliquer pour agrandir]

Cliquez pour agrandir

 

Continuons notre tour d'horizon synthétique avec 2 tests purement CPU comme leurs noms l'indiquent. Tout d'abord CPUQueen, inclus lui aussi dans AIDA64, est totalement multithreadé. Les CPU disposant de nombreux coeurs physiques et logiques génèrent ici des écarts considérables comme en atteste la domination du Xeon dodécacore et dans une moindre mesure du nouvel octocore d'Intel. CPUMark99 qui commence à être relativement ancien est toujours bien pratique pour évaluer l'efficacité d'un CPU en environnement monothread. Bien entendu, l'architecture et la fréquence jouant un rôle majeur, cela conduit inévitablement à une performance en retrait du i7-5960X par rapport aux puces d'Intel récentes fleuretant ou dépassant les 4 GHz.

 

AIDA64 CPUQueen [cliquer pour agrandir]CPU Mark 99 [cliquer pour agrandir]

Cliquez pour agrandir

 

Voilà c'est terminé pour les benchs synthétiques, passons à présent à des tests un peu plus pratiques.



Les 84 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !