Deux coeurs pour se faire péter les artères.

 

Il y a quelques années, une grosse huitaine en fait, les processeurs dualcores sont apparus, et ont radicalement changé l'usage d'un PC. Il était alors plus facile de faire plein de trucs en même temps, sans devoir attendre que Môssieur le coeur unique veuille bien finir son labeur avant de passer au suivant. Petit à petit, les jeux ont commencé à profiter, avec parcimonie certes, dans la mesure où un coeur est toujours sollicité pour des tâches liées à l'OS, le second avait tout loisir de s'éclater ou d'épauler le premier qui respirait encore. Les dualcores régnaient. Puis sont arrivés leurs pires ennemis, les quadcores, avec là aussi de la patate à revendre pour plein de travaux, y compris les jeux avec, toujours, une optimisation très contenue, mais qui progressivement arrivera. Si le joueur pense de suite à se payer un quadcore en 2014, l'arrivée du Pentium G3258 Haswell Refresh peut reposer la question de la légitimité du dualcore pour jouer avec les titres récents. S'il remplit cet office précis, alors c'est tout bénef pour ce joueur qui pourra économiser une grosse poignée de biftons pour sa carte graphique par exemple. Alors, cap ou pas ?

 

jouer sur un dual core ?



Les 156 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !