• Verdict

C'est un dossier un peu particulier que nous vous proposons aujourd'hui. Plusieurs contraintes nous empêchaient d'utiliser le protocole habituel, une comparaison directe avec nos autres modèles Mini-ITX était délicate. Mais qu'à cela ne tienne, nous avons monté une jolie configuration, fait quelques tests et nous sommes capable de donner un avis sur ce boitier hors normes. Bilan :

 

Deepcool Gamer Storm Tristellar [cliquer pour agrandir]

L'escouade au complet

 

Une belle vitrine

La forme est audacieuse, les matériaux sont nobles, l'assemblage de bonne qualité, bref le Tristellar est soigné et ne souffre pas de réel défaut de fabrication. L'architecture interne aurait pu être mieux pensée, en tout cas au niveau du compartiment qui abrite la carte mère. L'espace n'est pas suffisant pour y loger un gros dissipateur top flow et l'agencement gêne dans certains cas l'installation du système de refroidissement. Attention alors de bien choisir votre carte mère Mini-ITX, en préférant un modèle au socket placé plus en hauteur qu'un autre avec le socket en position centrale. Nous en avons fait les frais avec notre MSI Z87. Que l'air cooling ne soit pas le bien venu n'est pas un mal en soi. Les petits kits AIO sont assez performants pour se charger d'évacuer la chaleur dans des conditions correctes. L'engin est pensé pour ! Deepcool pense aussi aux usagers énormément paluchés. Si dans un premier temps la bataille contre les connecteurs SATA et le riser PCI-E est rude du fait de la présence du châssis, vous ne serez plus par la suite meurtris en vous battant avec le câblage. Les unités de stockages sont précâblées que ce soit avec le SATA ou l'alimentation, et le tunnel central permet de guider aisément l'ensemble des câbles vers sa destination.

 

La forme singulière et l'utilisation d'acier galvanisé épais rendent l'engin massif. Il prend de la place malgré un volume limité et pèse le poids d'un âne mort (on a vérifié...). En plus d'interpeller par sa forme, le Tristellar rendra jaloux les passionnés de beau matos si vous le soignez de ce côté. Le revêtement noir mat est plutôt réussi sur ce modèle, alors que la partie vitrée permet de contempler son GPU en action. Pour extraire les capots de chaque compartiment, il faudra tirer dessus. Si vous êtes sensibles au frottement métal contre métal, préparez-vous à grincer des dents. C'est assez pénible si vous manipulez souvent votre boitier, mais vu le poids de la bête vous ne serez pas trop tentés. Ce frottement laisse quelques stigmates sur le châssis. Si vous avez fait attention, les bords en contact se rayent facilement. Vos êtes prévenus.

 

Un équipement à la limite du ridicule

Un seul ventilateur disponible, des racks amovibles et des fixations rapides pour les unités de stockage, deux ports USB 3.0, et nous avons fait le tour de ce que met à disposition Deepcool dans son Tristellar. C'est amplement suffisant pour se faire une configuration fonctionnelle, mais c'est surtout ce que l'on trouve d'habitude sur les modèles d'entrée de gamme. La noblesse des matériaux, la qualité de fabrication et la singularité du design sauveront à peine la mise. Ne comptez pas non plus sur le bundle pour rattraper le coup, car c'est du même acabit : Serflex, bande Velcro, vis, façades ODD et rack 2.5" sont les éléments qui composent la trousse fournie avec le boitier.

 

L'état des performances Captain?
tristellar conclusion

À ce moment-là, on a envie de vous dire qu'elles seront directement impactées par les choix que vous ferez. Si comme nous l'avons vu le boitier se comporte bien dans les conditions que nous lui imposons, nul doute que quelques modifications permettront de gagner au niveau des nuisances sonores et sans doute du côté des températures. Nous avons choisi le Captain 120 (prochainement visible dans un test complet aux côtés de son frangin en 240mm) pour refroidir notre processeur, mais d'autres modèles existent, tout aussi performants et parfois moins bruyant. Il faudra tenir compte du facteur bruit de votre système de refroidissement, car ça résonne bien quand même. Ensuite, comme nous l'avons évoqué, le manque de place ne permet pas tout côté refroidissement, c'est pourquoi vous pourrez faire une croix sur l'overclocking de votre processeur. Vous l'aurez compris, si vous ne pouvez pas vous passer de cette bidouille, le Tristellar n'est pas pour vous. Préférez alors une puce déjà puissante d'origine et qui ne nécessitera pas d'augmentation de fréquence ou de tension pour envoyer du bois. La carte graphique, bien que placée dans le seul compartiment ventilé, devra également être bien choisie. Le blower est de mise pour évacuer l'air hors du boitier, ou alors choisissez un modèle custom bien ventilé. Rien ne fait peur au Tristellar, vous pouvez éparpiller vos transistors sur un PCB de 320mm. Les performances de ce modèle sont donc tributaires de vos choix.

 

À boitier singulier, tarif élitiste

Un look très travaillé et des matériaux triés suffisent à expliquer la facture à payer. Attendez-vous à de longues heures de sermons de madame qui aurait préféré claquer une somme pareille dans un sac Goudechie, ou un coup de téléphone de votre banquier enragé à la vision du gouffre que vous laissez sur votre compte en banque. Oui, à près de 450€ en version vitrée, le Tristellar n'est pas donné. Et si vous êtes à compter vos sous, la version standard vous fera économiser quelques écus et c'est tant mieux. Mais soyez assuré que le Tristellar n'a pas d'équivalent sur le marché. Attention tout de même, l'engin n'est pas seul sur le segment des boîtiers WTF lookés. Nous avons eu la chance de voir passer sur le Comptoir des modèles de chez In Win (904, D-Frame Mini), moins cher certes, mais moins travaillé à nos yeux. Le catalogue de ce constructeur propose d'autres références plutôt audacieuses que vous pourriez préférer (Qui a dit S-Frame??). On pense aussi au Level 10 de chez Termaltake (480€) qui vise également haut dans l'originalité avec son châssis compartimenté, mais dont la disponibilité s'essouffle en version originale, alors qu'il reste trouvable en version GT tout plastique (240€). L'originalité se paye le prix fort, vous l'aurez compris.

 

comptoir_4stars.pngDeepcool mise tout sur l'originalité de son boitier. Le look est tranché, le design travaillé et les matériaux sélectionnés avec soin. Trônant sur votre bureau (du moment que celui-ci supporte son poids), le TriStellar ne laissera pas de marbre tous ceux qui poseront les yeux sur lui. Telle la méduse, il figera leur expression... de stupéfaction ou d'effroi. Oui c'est à peu près ce que ce boitier provoque chez les usagers. Voilà son atout. Les performances offertes tant sur le plan du refroidissement que des nuisances sonores dépendront de ce que vous aurez pu lui faire avaler, car l'engin ne permet pas toutes les folies. La configuration au format Mini-ITX souffrira du manque de place dans son compartiment pour y loger un refroidissement à air bien moins bruyant que ces AIO. En revanche, ce n'est pas vraiment un mal, car le manque de place empêche clairement d'optimiser les flux dl'air. Le management des câbles est bien pensé, grâce notamment au tunnel central, mais aussi aux connecteurs pour unités de stockage déjà en place. Le rangement ensuite ira comme on pourra ! Cherchez de la place et ne gênez aucun composant, c'est l'essentiel. Et choisissez une alimentation modulaire aussi tant qu'on y est. Alors, ce modèle à la limite de la marginalité vous tente ? Préparez votre entourage psychologiquement et prenez rendez-vous avec la banque, car il faudra dépenser plus de 400€ pour la version vitrée présentée ici. Sans les vitres, on sauve quelques Euros, mais le prix boitier frise tout de même l'indécence. Si l'on pouvait revenir à l'ancien système de récompense, nous lui offririons l'Or pour l'audace et le soin dans la composition, le Bronze pour les performances, une crise cardiaque pour le prix et l'Argent pour l'agencement, mais il faut bien le traiter comme les autres. C'est pourquoi le Deepcool Tristellar SW nous quittera avec 4 étoiles. Il mérite tout juste cette distinction puisque son tarif est élitiste et qu'il n'est pas exempt de défauts.

 


 

asus 40crucial_40.pngintel_40.pngSeasonicbequiet_40.png

Nous remercions naturellement nos partenaires pour la mise à disposition du matériel de test.



Les 17 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !