Si la génération Ryzen 5000 a apporté son lot d'APU Cezanne (Zen 3) et Lucienne (Zen 2, refresh de Renoir) sur la plateforme mobile — nous les attendons par contre toujours sur PC de bureau — pour toujours plus de performances au niveau du processeur, la prochaine mise à jour de la gamme, de nom de code Van Gogh, devrait être plus délicieuse encore. RDNA2, DDR5, beaucoup de noms de code se murmurent, faisant ainsi monter la hype alors que ces puces ne sortiraient au mieux qu’en fin 2021.

 

Néanmoins, cela ne signifie pas pour autant que les exemplaires de présérie ne sont pas déjà en test, en particulier dans le but de vérifier la compatibilité logicielle. Or, il semblerait qu’un léger problème soit présent sur un mystérieux processeur de référence 100-000000405-03_35/24_N : son temps de boot de Linux est allongé par un patch du noyau. Rien de critique, mais le problème est détaillé par un ingénieur d’AMD... sur une liste de diffusion publique, avec un log détaillé. De quoi faire la joie et les spéculations des fans de la marque ! En suivant la nomenclature habituelle des rouges, le processeur serait cadencé à 2,4 GHz de base pour 3,4 GHz en boost, sans plus d’information. D’après le fichier, la plateforme de test — Chachani-VN / Celadon, selon toute vraisemblance un chipset mobile — pourrait accueillir jusque 16 cœurs logiques, mais seuls 8 seraient disponibles ici, faisant ainsi de notre nouveau venu un simple 4 cœurs avec SMT, à moins que le SMT n’ait été désactivé pour les tests, faisant grimper l’addition à 8 cœurs maximum. Jusque là, rien de bien croustillant, jusqu’à ce que nous tombions sur les caractéristiques du contrôleur mémoire embarqué, offrant une interface... à 256 bits.

 

Un tel bus mémoire induirait la présence de 4 canaux, soit 8 barrettes maximum utilisable en même temps, comme sur la plateforme HEDT Threadripper.... Ce qui rentre en conflit avec l’utilisation du pauvre (potentiel) quadcore, habituellement réservé aux ordinateurs peu véloces. Cependant, il est à noter qu’un bridage majeur des parties graphiques des APU réside dans la bande passante mémoire : plus de canaux signifiait ainsi repousser ce goulot d’étranglement, ce qui serait logique puisque l’iGPU passerait sous architecture RDNA2, d'autant plus que le design général des bouzins mobiles est très similaire avec les puces des consoles de jeu. Néanmoins, étant donné le caractère embryonnaire de la plateforme, il est également probable qu’il ne s’agisse que d’une erreur de détection, les BIOS n’étant pas au point à ce stade-là de développement d’un processeur. D’autres fuites devraient permettre de répondre à ces questions, les modèles de test utilisés sur GeekBench étant habituellement pleins à craquer de RAM. (Source : TechPowerUp)

 

amdlogo


Un poil avant ?

Crysis Remastered, DLSS et RT, pour quels résultats ?

Un peu plus tard ...

NVIDIA double le prix de son service GeForce NOW

 Le prochain APU d'AMD aurait une bande passant mémoire énorme : le moyen de booster les performances graphiques ? 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 10 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !