Ce n'est pas une surprise tant les class action, ou recours collectifs, sont aisément et fréquemment usités outre-Atlantique. En ce jour, Intel a ainsi reconnu faire l'objet d'au moins 32 recours. Parmi ceux-ci, 30 sont des actions de consommateurs, lesquels cherchent à obtenir des compensations sous forme de dommages-intérêts; les deux restantes sont des poursuites liés aux valeurs mobilières de la société, il a été estimé que le fondeur a violé un certain nombre de loi en promouvant une sécurité de ses produits qui s'est révélé être fausse ou trompeuse suite à la publication des failles.

 

Des actions individuelles ont également été intentées par trois actionnaires de la firme, accusant certains membres du conseil d'administration et des dirigeants de n'avoir pris aucune action à l'encontre des suspicions de délits d'initié. Ce dernier point semble lié aux soupçons de délits d'initié affligeant le CEO d'Intel Brian Krzanich, il avait en effet vendu la totalité de ses actions - en ne gardant que le minimum obligatoire en tant que CEO - avec un timing pour le moins douteux.

 

Ce n'est certainement qu'un début, et il faut s'attendre à ce que ce chiffre augmente à l'avenir. L’avènement de Meltdown et Spectre a remis en question plusieurs aspects du fonctionnement d'un processeur et des choix architecturaux en usage depuis déjà deux décennies, et les vulnérabilités continuent à faire l'objet de découverte, récemment avec SpectrePrime et MeltdownPrime.

Pour ne rien arranger, la distribution des patchs de mitigations des vulnérabilités ne s'est pas faite sans dérapages, des problèmes ont fait surface qu'il s'agisse d'Intel ou d'AMD, entre soucis de performances et problèmes liés au démarrage, même Microsoft a du intervenir pour retirer temporairement les patchs de Windows Update et corriger le mal déjà effectué. Il faut aussi y inclure un manque de transparence assez récurrent, particulièrement en ce qui concerne Intel, même si AMD avait aussi été un peu évasif dans un premier temps (et s'est aussi coltiné deux class actions depuis).

 

Des patchs "patchés" ont depuis commencé à voir le jour et leur impact sur les performances semble être bien moindre, au moins en jeu; Intel a aussi étendu son programme de recherche de bug, désormais plus accessible et dont les récompenses ont été revues à la hausse. Certes, il n'est jamais trop tard pour bien faire, on panse les plaies comme on peut.

Bien sûr, toutes les actions de groupe n'aboutiront probablement pas, mais à terme cette histoire pourrait tout de même finir par se révéler très coûteuse financièrement pour Intel. Heureusement pour lui, le géant ne manque pas de moyens pour assurer son derrière de schtroumpf ! (Source : The Verge, et merci Feunoir)

 

intel ceo brian logo intel

"Mais souvenez vous, en 2017 je vous avait pourtant bien dit

que j'allais qu'on allait prendre plus de risque à l'avenir !"

 Un pour tous, et tous ensemble à l'assaut du trésor de guerre d'Intel !  

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 7 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !

 

Test • GeFORCE GTX 1070 Ti

Tueuse de VEGA ?   En mai 2016, NVIDIA lançait son architecture Pascal destinée aux joueurs via un premier GPU, alias GP104. Deux cartes graphiques furent c...

 

Test • RADEON RX VEGA 56

Un VEGA 10 plus pertinent ?   Après avoir laissé NVIDIA seul maître du segment haut de gamme pendant près de 15 mois, AMD a enfin lancé mi-août son nouv...

 

Test • Intel Z370 / Core i7-8700K / i5-8400 / i3-8350K

Coffee Lake, l'anti Ryzen d'Intel ?   Durant les années 2000 et consécutivement à l'échec de Netburst, Intel a mis en place la stratégie du Tick Tock, co...