Après un bon nombre de teasings et de fuites en tout genre, ça y est, les premiers bechmarks du Steam Deck sont officiels ! Pour rappel, il est question d’une console portable fabriquée par Valve, utilisant un noyau Linux — dont les drivers de la belle viennent tout juste d’être proposés publiquement — venant tacler la Nintendo Switch en proposant une interprétation beaucoup plus PC-iste du jeu « mobile ».

 

En effet, avec l’intégralité du catalogue Steam — dans la théorie — compatible via la surcouche Proton et la possibilité de docker la nouvelle venue pour bénéficier d’une expérience proche du PC, la maison-mère de Half-Life mise sur sa ludothèque pour séduire... encore faut-il que les performances suivent. Et, avec un quadcore/octothread Zen 2 aux commandes - soit un Ryzen 3 3300X pour schématiser, rien n’est moins sûr. Pour autant, la présence de 16 Gio de DDR5 et d’un iGPU RDNA2 à 8 CU a de quoi rassurer ; le tout dans une enveloppe thermique de 25 W maximum activement refroidie. Pour en savoir plus, les caractéristiques complètes sont sur notre couverture de l’annonce officielle — auxquelles vous rajouterez un contrôleur compatible Steam nativement intégré, proposant, outre des boutons physiques, une zone tactile et un gyroscope : l’influence de consoles de salon se faisant drôlement sentir.

 

2022 étant ce qu’elle est, les présentations d’une console portable ne s’effectuent plus sur de la presse écrite, mais plutôt sur un format vidéo plus identifiable pour les futurs consommateurs, c’est ainsi que nous vous orientons vers votre tuyal pour des présentations effectuées par des tierces parties :

 

 LinusTechTips, The Phawx et Gamers Nexus: un sacré triple de reviewers !

 

Souci : ces sympathiques lurons sont anglophones, ce qui peut en rebuter plus d’un. Pas de panique : le Comptoir est là pour extraire tel un presse-agrume la substantifique moelle de ces tests ! Globalement, et ce n’est pas vraiment surprenant, le Deck n’est pas une solution remplaçant un PC : l’APU montre rapidement ses limites sur des titres demandeurs comme Control dès lors que vous êtes gourmands sur les détails, en dépit de sa définition allégée de 1280x800 px « seulement ». Pour autant, comparée aux autres consoles proposant le même concept (un APU dans un bousin portatif) telles l’Aya Neo ou le OneXPlayer Mini, la raclée est violente — sans même causer tarifs ! De même, face aux APU les plus puissant du moment — 1165G7 et 4800U —, le Deck propose quelques 20 à 30 % de performances supplémentaire (mesurés sur des benchmarks synthétiques) — bien qu'il faille regarder par rapport aux nouveautés de CES 2022 (Alder Lake et Ryzen 6000), également en DDR5, pour obtenir une comparaison équitable. Pour mettre les choses en perspective, les performances sont au niveau de la MX450 de chez NVIDIA... pour 300 $ en prix d'appel.

Côté températures, la console se stabilise à 80 °C avec un léger throttling selon les titres (1550 MHz aux lieux de 1600 MHz annoncés, sous Control en low), le tout dans un silence relatif : 38 dBA mesurés à environ 1 m du bousin. Du côté de l’autonomie, les résultats vont effectivement varier selon les titres et le profil de performance retenu, mais les premières mesures font état d’environ 3 h 20 sous Ghostrunner à 30 FPS : pas mal !

 

De quoi vous donner envie d’en acheter un ? Dans ce cas, il va encore falloir patienter, le bousin n’étant livré qu’à partir du 25 février... et dans l’ordre des précommandes. Rajoutez à cela le fait que le NDA du jour ne couvrait pas encore la partie logicielle — comprenez que l’interface du SteamOS 2.0 n’est pas encore connue — et vous obtenez encore quelques zones d’ombre ; zones qui devraient cependant être éclaircies dans quelques jours. Définitivement, une affaire à suivre sur votre Comptoir favori !


Un poil avant ?

Un Hotfix chez NVIDIA important

Un peu plus tard ...

Dell double le contraste de l'IPS avec ses nouveaux UltraSharp !

Les 12 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !