Si Linux est quasi-omniprésent sur le segment des serveurs, son image est moins mirobolante du côté des ordinateurs, qu’ils soient fixes ou portables. En effet, la méconnaissance du grand public à son sujet, liée aux pressions de Microsoft visant à fournir tout PC (hors Mac, évidemment) avec Windows 10 préinstallé, n’aide en rien à grignoter des parts de marchés, et, en dépit des efforts de Valve, le manchot demeure une plateforme exotique pour jouer.

 

Pourtant, dans le domaine des téléphones, le noyau Linux — bien que modifié — est présent sous tous les appareils Android. Une victoire ? En demi-teinte seulement, car derrière cet OS se cache Google, bien loin des grands principes de libertés et d’indépendance prônés par les libristes. Ainsi, divers projets avaient déjà étrenné le sujet d’un « vrai » téléphone libre. Le plus connu est sans nul doute Firefox OS, qui s’est lamentablement écrasée faute de public ou, plus récemment, un Necunos Mobile qui s’était inséré dans nos colonnes... sur lequel nous reviendrons, ou encore le Librem 5, qui fait payer rubis sur l’ongle (799 $ !) sa composante Open Source.

 

pinephone beta edition

Un design dans l’air du temps, mais qui ne prend aucun risque !

 

Pour ce PinePhone, soutenu par Manjaro — à la base une distribution Linux basée sous Arch Linux, dont vous réentendrez sûrement parler au comptoir —, les ambitions sont clairement de fournir un terminal accessible. En effet, avec un écran 5,95" 1440 x 720 px IPS, un seul emplacement SIM et un processeur Allwinner A64 proposant 4 cœurs ARM Cortex-A53 cadencés à 1,2 GHz secondé d’un iGPU MALI-400MP2 et de 2 Gio de RAM (LPDDR3, 3 Gio en option), le téléphone ne sera pas un foudre de guerre. Pour le stockage, vous pourrez compter sur 16 Gio ou 32 Gio d’eMMC, extensibles par un slot MicroSD jusque 2 Tio ; le réseau, quant à lui, ne montera que jusqu’au Wifi N, pour du Bluetooth 4.0 (seulement), et un système GPS + GLONASS. La partie photographie suit la même tendance avec un capteur frontal de 2 Mpx et un dorsal de 5 Mpx (plus flash) : cela dépannera, sans plus. Notez tout de même la prise de recharge USB type-C supportant l’OTG, la prise jack 3,5 mm (le téléphone n’ayant qu’un haut-parleur mono), la compatibilité 4G LTE partielle et la batterie amovible au Lithium de 3000 MAh.

 

Côté logiciel, c’est un Linux (surprise, dis donc) tout droit sorti de Manjaro, sauce (KDE) Plasma Mobile, un environnement qui n’en est pas à son coup d’essai, puisque présent sur le Necunos Mobile dont nous vous causions en première partie. De quoi assurer la maturité du bousin ? Pas si sûr...

 

Disponible en précommande à partir du 24 mars pour une livraison fin avril, le site officiel prévient rouge sur blanc que cette édition Beta est... bêta, c’est-à-dire réservée à un public introduit à Linux, désireux de participer plus ou moins activement à son développement — comprenez très probablement par des rapports de bugs. Au niveau du prix, le bousin est affiché à 149 $ le téléphone nu (au lieu de 249 $ une fois les précommandes clôturées), un pack comprenant un dock (ethernet + 2 USB-A) et un modèle à 32 Gio de mémoire/3 Go de RAM étant également proposé à la vente pour 199 $ (299 $ plein pot). Clairement pas le meilleur rapport performances/prix, même si la magie de Linux pouvait offrir un environnement fluide en dépit de matériel faiblard. Avis aux amateurs ?

 


Un poil avant ?

Ventes de jeux vidéo : la boucle est bouclée

Un peu plus tard ...

RX 6700 leakée, via Powercolor

 Un téléphone sous Linux ? Mais comme c'est original... Manjaro saura-t-il se différencier de ses prédécesseurs ? 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 17 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !