Pas d'accalmie en vue pour le joueur en mal de cartes graphiques, alors que celles-ci se marchandent maintenant depuis des mois à des prix bien indécents, et « marchander » est en réalité un bien gros mot pour des articles qui s'évaporent littéralement en l'espace d'une poignée de minutes pour la plupart après ouverture des commandes, en dépit des prix. À ce stade, ce n'est même plus du commerce, mais un vrai racket en règle (mais on nous dit dans l'oreillette que les deux vont bien souvent de pair) et pourtant... Cerise supplémentaire sur le gâteau pourri, sachez qu'il faut s'attendre à une nouvelle hausse des prix si l'on en croit TrendForce, qui a observé via la boule de cristal de ses analystes en télétravail que les prix des contrats de GDDR allaient (encore) grimper de 8 à 13 % prochainement, et ce après une hausse déjà très marquée lors du second trimestre !

 

Par rapport à la DRAM et à la LPDDR qui représentent la majorité du marché et de la production, avec une nette domination de la LPDDR pour les appareils mobiles, la GDDR ne représente en réalité qu'une faible fraction du marché de la mémoire. Du fait de ses caractéristiques techniques généralement plus pointues et d'une allocation de capacité de production plus faible, car en concurrence avec la DRAM, ce type de mémoire est donc traditionnellement déjà bien plus cher comparativement aux autres. Hélas, des facteurs forcement aggravant en cette période de disette du semiconducteur, alors que la demande en carte graphique a clairement explosé depuis le début de la pandémie et par conséquent les besoins en mémoire vidéo aussi, sans oublier les consoles dans tout ça qui embarquent plus de mémoire que jamais. De plus, tous ces besoins sont évidemment fixes. Il y a aussi une concurrence intracatalogue à prendre en compte, où les constructeurs doivent choisir de prioriser soit le marché des GPU pros, soit le mainstream, et étant donné que ce sont les pros qui payent le plus, le calcul est sans doute vite fait.

 

Bien entendu, les gros clients comme NVIDIA, AMD, Microsoft, Sony et les gros assembleurs de cartes graphiques sont toujours servis en premier par les producteurs de mémoire, tandis que les plus petits clients doivent ramasser ce qui reste ou patienter. Pour ces derniers, le taux d'exécution de commande serait actuellement d'environ 30 %, ce qui implique qu'ils doivent sans aucun doute se battre et payer rubis sur l'ongle pour espérer s'approvisionner en ce moment. Enfin, cette tendance haussière est vraie avant tout pour la dernière génération de GDDR, c'est-à-dire la GDDR6 et GDDR6X, la GDDR5 beaucoup moins sollicitée ne fait pas l'objet d'autant de fluctuation. Bref, tout porte donc à croire que fabriquer un GPU va devenir encore un peu plus cher pour les constructeurs, ce qui devrait assez inexorablement être accompagné d'une nouvelle hausse des prix en magasin. Mais au point où ça en est, est-ce que ça change encore vraiment quelque chose ?

 

bojack horseman i dont feel anything


Un poil avant ?

WD et Seagate veulent produire plus de disques durs pour tout le monde, Chia incluse

Un peu plus tard ...

Rame, petite RAM, rame dur !

Les 3 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !