Après des déboires depuis quelques années et un appel à l'aide auprès des anciens de son entreprise, Intel semble avoir repris un cap technique et orienté vers l'innovation sous l'impulsion de son nouveau PDG, Pat Gelsinger. Et il ne fait pas dans la demi-mesure, puisqu'il a sorti hier un grand plan de relance pour remettre Intel bien en avant, une chose qui est attendue depuis quelques années maintenant, surtout après l'offensive Zen de chez AMD. Regardons donc de plus près ce que nous prévoient les bleus.

 

Premièrement, il faut contrer le manque de production des puces, un souci qui n'a pas attendu 2020 chez Intel pour se déclarer. Ce n'est donc pas une, mais bien deux nouvelles usines qui devront apparaitre dans l'Arizona d'ici quelques années, afin d'améliorer durablement la production de puces. Les chiffres indiqués sont assez impressionnants : un budget de 20 milliards de dollars, 15000 emplois sur le long terme, dont 3000 dans des postes high-tech à haut revenus, le fondeur voit donc les choses en grand. Bien entendu, tout cela se fait sous les yeux attentifs de l'administration américaine, qui soutient totalement ce projet, puisqu'il rentre dans la politique actuelle du 100 %  Made in USA.

 

Pour autant, Intel ne fera pas sa tête de mule si sa production ou ses technologies ne permettent pas un accès rapide aux derniers nodes - comme le 7 nm - et fera appel à des fondeurs externes pour la production de ses puces au besoin, comme TSMC. L'objectif est de pouvoir fournir coûte que coûte ses nouveaux CPU en 2023 qui seront gravés en 7 nm, les Meteor Lake. Ceux-ci seront de plus gravés via de l'EUV et offriront des avancés architecturales il semblerait, en espérant que cela sera profitable et pour la société ainsi que pour les consommateurs. Il faut noter que cela reste impressionnant que la firme propose de splitter sa production sur ses propres fonderies et celles provenant de groupes extérieurs, un choix intéressant pour garantir une évolution constante de ses technologies.

 

Enfin, dans le but de sortir de sa bulle bien confortable, Intel va (re)mettre en place un programme de mise à disposition de ses fonderies - ce qu'il avait déjà essayé de faire par le passé, mais sans grand succès - pour les autres entreprises qui auraient besoin de galettes de silicium fraîchement gravées. Le géant deviendrait donc non seulement un fondeur pour ses propres CPU, mais aussi un industriel conséquent sur le territoire américain, qui produirait d'autres technologies que les siennes, et il faut dire que les conditions du marché de la production de semiconducteur s'y prêtent plutôt bien. Une évolution qui permettra la mise en place d'un écosystème nommé  Intel Foundry Services (aka IFS), qui sera dirigé par un autre vétéran bleu, Rhandir Thakur. Toujours dans l'idée de se faire des copains, la firme a mis en place un partenariat avec IBM, afin d'accélérer la R&D des deux sociétés. Un bon coup de pied dans la fourmilière, qui devrait porter ses fruits assez rapidement, tout du moins nous l'espérons. (source : Intel)

 

intel back in game v2 cdh

Intel officialise son titre "Back in the Game", après avoir changé le guitariste rythmique de son groupe.


Un poil avant ?

Vous avez un périphérique Razer et Linux ? OpenRazer est fait pour vous !

Un peu plus tard ...

Live Twitch • La légende belge est un peu noire

 Le nouveau patron des bleus retrousse ses manches et annonce un lourd programme pour relancer Intel dans la course aux CPU... 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 6 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !