Une fois n'est pas coutume, Microsoft s'est encore une fois pris une tapounette sur les doigts à cause de son dernier mouchard OS en date. Cette fois-ci, c'est aux Pays-Bas que ça c'est passé, où la DPA - Data Protection Authority, l'équivalent de la CNIL - s'est intéressé de près à Windows 10 Home et Pro. Selon eux, Windows ne fait (toujours) encore pas assez d'efforts visibles pour éclairer l'utilisateur sur les informations collectées continuellement par le système d'exploitation, ni de l'usage qui en est fait.

Malgré un léger mieux depuis la Creator Update -  également pointée du doigt en passant pour remettre les paramètres par défauts lors de la mise à jour - l'OS offre encore trop peu de contrôle et de transparence sur la manière et la façon dont les données sont collectées. La DPA considère notamment que Microsoft se doit d’être encore plus détaillé et précis en ce qui concerne la description des paramètres.

 

clippy windows 10 privacy

 

Le problème découle surtout du fait que la majorité des utilisateurs se contentent - hélas - de simplement cliquer ''suivant'' lors de l'installation, sans vraiment faire attention à ce qui se passe. L'analyse de la DPA considère que c'est une attitude que Microsoft cherche à exploiter consciemment, afin de faire passer un maximum de paramètres par défauts. De ce fait, l'organisme en profite aussi pour rappeler le géant américain que ceci ne signifie pas, à leurs yeux, que l'utilisateur est en réalité consentant.

Ainsi, suite à ce rapport, la DPA invite ''cordialement'' Microsoft à clarifier les propos concernés, trop vagues lors de l'installation quant à l’étendue et l'usage des données collectées, et a également fait la requête à ce que l'utilisateur soit à l'avenir ''forcé'' à choisir les paramètres de télémétrie de l'OS qui ont la mauvaise habitude d’être automatiquement réglés sur les options les plus intrusives. Bref, business as usual, comme on dit chez les anglophones.

 

Anéfé, la vie privée c'est pas encore ça ! Anéfé. #parefeuopenoffice

 

Aucune mention n'a été faite concernant d’éventuelles sanctions pour le moment. Évidemment, Microsoft a déjà dégainé la langue de bois rugueuse en remerciant la DPA hollandaise pour le travail accompli, s'affirmant prêt à coopérer, discuter et corriger clarifier les propos du rapport. En tout cas, depuis la sortie de Windows 10, Microsoft s'est visiblement engagé à faire un tour du monde des organismes de protection de la vie privée, avec la visite de la CNIL en 2016, et plus récemment de la FDPIC en Suisse, pour ne citer que ces deux-là.

En attendant d’éventuelles améliorations, peut-être avec la Fall Creator Update (trop optimiste ?), de nombreux outils existent déjà par ci et par là si vous souhaitez un peu clouer le bec à Windows 10, la partie visible de l'iceberg que représente la collecte d'informations de nos jours. (Source : DPA)

 Windows 10 fait encore une fois parler de lui, mais pas pour les bonnes raisons. C'est au tour de la DPA, aux Pays-Bas, de s'attaquer aux problèmes en rapport à la vie privée.  

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 8 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !