• MSi Optix NXG253R

Comme nous l'indiquions en préambule, nous avons donc affaire ici à un moniteur 16:9 utilisant la définition 1920 x 1080, ultra majoritaire parmi les joueurs (67% d'après les dernières stats de Steam). Le gros avantage de cette dernière, c'est qu'elle est désormais une formalité pour la plupart des cartes graphiques récentes dédiées aux jeux, et lorsqu'elle est couplée à un écran de taille réduite comme ici, la résolution est acceptable (comprendre les pixels ne sont pas trop apparents). Les dimensions sont au diapason avec 56 cm x 40 cm x 23 cm pied inclus, et donc relativement facile à caser sur n'importe quel bureau décent. Il est compatible VESA 100 x 100 pour ceux qui préfèrerait une fixation murale ou via un bras articulé. La face avant laisse apparaître des bordures relativement fines, hormis celle inférieure, comme sur la plupart des écrans.

 

La face avant du NXG253R [cliquer pour agrandir]Un moniteur au design très classique

 

Le pied est bien conçu, puisqu'il permet un ajustement en hauteur (13 cm), en inclinaison (-5° / + 20°), en rotation horizontale (+/- 45°) et même pivoter à 90° pour un affichage type portrait. Son assemblage est aisé, puisqu'il suffit d'installer 2 vis pour que la colonne se solidarise à l'écran, le pied se fixe ensuite à cette dernière par une seule vis à main et le tour est joué. 2 petits caches en caoutchouc sont fournis pour masquer les 2 vis de fixation arrière et un orifice dans la colonne permet de faire passer les différents câbles. On regrettera à nouveau l'absence d'un support à casque, en particulier pour un moniteur dédié aux joueurs. À noter enfin la présence d'un petit joystick pour gérer l'OSD, ce dernier étant bien voyant avec sa couleur rouge. En parlant de visibilité, que dire de l'énorme G-Sync 360 souligné par une barre LED RGB (sans parler du Dragon) ? Puisque tout ceci est situé à l'arrière du moniteur, peu de chance que vous en profitiez. On peut donc supposer que cette mise en valeur est essentiellement destinée à communiquer, en particulier au sein d'une LAN party par exemple.

 

La face arrière du NXG253R [cliquer pour agrandir]

Un pied bien fichu et des LED RVB 

 

La connectique est plutôt bien fournie avec un DisplayPort 1.4A et deux HDMI, malheureusement limités au 2.0B (un câble de chaque type est fourni). En conséquence, il ne sera pas possible de dépasser les 240 Hz avec ce type de connecteur à la définition native. En sus de l'alimentation au format jack (le transformateur n'est pas inclus au sein de l'écran), on retrouve une sortie casque et un port USB 3.2 Gen 1 type-B pour le raccordement à l'unité centrale du Hub USB (câble fourni). 

 

io

Une connectique riche et complète, mais pas aux dernières normes ! 

 

Ce sont donc pas moins de 3 ports USB 3.2 Gen 1 qui se retrouvent sur le flanc gauche du moniteur, celui supérieur permettra la mesure de la latence via le module Reflex Latency Analyzer, en y connectant une souris compatible.

 

hub usb

Si vous ne l'aviez pas vu, il est bien G-Sync ce moniteur ! 

 

Un mot sur l'OSD. Ce dernier dispose d'une traduction en français de bonne qualité et s'avère très ergonomique du fait de l'usage du petit joystick au dos. De nombreux réglages sont disponibles, allant de la gestion de l'image à la réactivité de la dalle, en passant par les sources d'entrée où les réglages des LED, etc. On notera en particulier la présence d'un mode anti lumière bleue qui pourra aider certains à retrouver le sommeil, mais également la possibilité d'ajouter un réticule de visée positionnable, que certains petits malins pourront utiliser dans les jeux où certains serveurs hardcore ne l'autorisent pas. Après tout, on peut être joueur et prendre quelques libertés avec les règles (genre l'oncle qui tient la banque au Monopoly et qui détourne allégrement des fonds). Quid de la qualité d'affichage à présent ?

 

Avant d'entrer dans le vif du sujet, petit rappel des caractéristiques de la bête :

  • Dalle IPS 1920 x 1080 @ 1 ms (mini)
  • Rafraîchissement vertical max @ 360 Hz
  • Rétroéclairage type Edge LED
  • HDR Ready 400
  • G-Sync / ULMB

La dalle IPS confère des angles de vision très ouverts ce que nous confirmons, puisque c'est un des points forts de cette technologie. Elle s'avère par contre moins douée pour ce qui est de la profondeur des noirs, avec un contraste mesuré à 1057:1 et ce même si c'est un peu mieux que les 1000:1 annoncés. La compatibilité ULMB est également une bonne chose pour ceux désireux d'obtenir les images les plus nettes possible. Cette technologie des verts va créer un effet stroboscopique en jouant sur le rétroéclairage et l'insertion d'images noires, afin de contrer la persistance rétinienne inhérente aux animations. La fonctionnalité s'active dans les pilotes, mais elle entraîne la désactivation de G-Sync, il faudra donc malheureusement choisir entre les deux options. 

 

Quid de la précision des couleurs ? En sortie de carton et le profil par défaut, le moniteur s'en sort bien avec un DeltaE moyen de 2,1 (en dessous de 3, l'œil humain n'est en théorie plus capable de percevoir les différences) mais avec certaines dérives chromatiques plus marquées comme le vert à 6,1. La température du blanc est un peu froide avec 6955K, et le réglage de luminosité par défaut est élevé avec 219 cd/m². 

 

NX253R defaut

Le moniteur en sortie de carton

 

Point positif, le réglage de la luminosité ne se fait pas via une échelle de 0 à 100, mais avec une valeur de candelas par m². Si l'on n'obtient pas exactement la même valeur que celle mesurée à l'aide de notre sonde, le résultat n'en est pas si éloigné et donc appréciable. La correction de la balance des blancs se fait à l'aide du menu de gestion des couleurs et nous procédons ensuite à la calibration du moniteur. Le résultat obtenu est excellent, avec un DeltaE moyen mesuré à 0,6 et une dérive chromatique maximale à 1,1. La balance des gris est par contre toujours décalée à 2.3, et ce malgré une cible à 2.2. Enfin, avec 6526K, le blanc est parfait ou presque. 

 

NX253R calibre

 Et une fois calibré 

 

Une fois calibré, l'écran consomme 28,6 W lorsqu'il affiche le bureau à 360 Hz (31,2 W en sortie de carton), en jeu avec le HDR actif, nous avons noté des pics allant jusqu'à 42 W. Notre exemplaire ne souffre pratiquement pas de clouding, par contre des fuites de lumière prononcées sont nettement visibles dans le noir aux 2 coins inférieurs. L'écran propose un pic de luminosité à un peu plus de 430 cd/m², soit peu ou prou la valeur indiquée par MSi dans la fiche technique. Pas de différence en mode HDR, et même s'il est indiqué comme HDR ready, ne vous attendez pas à une expérience flatteuse après activation de ce dernier. Pour résumer, en tant que moniteur SDR, cet écran est vraiment bon en termes de restitution d'images, on regrettera toutefois le taux de contraste réduit inhérent aux dalles IPS, et les fuites de lumières sur notre exemplaire. La compatibilité HDR est par contre tout ce qu'il y a d'anecdotique, ressemblant davantage au besoin d'apposer un sticker de plus sur le carton, qu'à une réelle prestation. 

 

Luminosité maximale [cliquer pour agrandir]

La luminosité maximale mesurée

Concernant la dotation logicielle, en sus du pilote, MSi met en avant son Control Center que nous avons décrit dans le test rapide dédié au 38". À noter que si le moniteur est raccordé à l'unité centrale par le biais du câble USB, il vous proposera automatiquement au premier démarrage un lien vers le site du constructeur pour télécharger les logiciels souhaités. Voilà pour une brève présentation de la bête, que vaut-elle à présent en jeu ? 



Un poil avant ?

Un XPS 13 de chez DELL, ça se démonte facilement ?

Un peu plus tard ...

Vous avez un engin mouillé Alphacool, vous pourrez l'utiliser sur AM5

1 pauvre ragot
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !