• Fouille intégrale de la carte

Comme d'habitude, passage complet à la caméra pour commencer l'inspection avant de faire rougir et chanter cette carte mère : 

 asus rog strix z490 a - vue de face [cliquer pour agrandir]

La belle se veut simple, et rappelle fortement l'ancienne gamme Prime Pro du fabricant, avec notamment ses plastiques blancs.

 

ASUS reprend en grande partie le concept visuel des cartes Prime de la génération précédente, avec une armature en plastique entourée de refroidisseurs en aluminium brut. Vous devrez comptez ici sur un total de 4 slots pour 4 barrettes DDR4, et, question ports, cette ROG Strix Z490-A offre un PCIe x16 3.0, un PCIe x8 3.0 (partagé avec le x16), un PCIe x4 3.0, un PCIe x16 3.0 lié au chipset - comprenez, "en x4" - et 1 port PCIe x1 3.0, rien de très nouveau depuis Z390.

 

asus rog strix z490 a - vue détaillée du pcb : face [cliquer pour agrandir]asus rog strix z490 a - vue détaillée du pcb : derrière [cliquer pour agrandir]

Notre petite analyse rituelle du PCB avant et arrière, comprenant les principaux éléments électroniques associés à cette mobale.

 

Sous les capots en plastique, la carte se révèle être bien équipée pour du milieu de gamme, sans pour autant faire dans la surenchère. Le fabricant garde toujours sa mauvaise manie de rebadger les puces pour brouiller les pistes, mais cela ne se fait pas aux dépens du design des pistes, plutôt bien optimisé. Ne vous laissez cependant pas tromper : malgré la présence d'une alimentation solide au niveau du PCIe, la carte respecte bien la norme 3.0 (et non 4.0, comme le B550 et le X570), bien que certains composants aient été gonflés afin de pouvoir l'overclocker, conformément aux annonces d'Intel.

 

asus rog strix z490 a - alimentation du CPU [cliquer pour agrandir]asus rog strix z490 a - alimentation de la gestion du PCIe 3.0 [cliquer pour agrandir]

ASUS conserve, une fois de plus, sa mise en parallèle des VRM pour les alimentations. Bien qu'efficace, un peu d'innovation dans le système ne serait pas un mal.

 

L'alimentation suit un schéma un peu trop classique chez ASUS, à base d'une puce ASP1900B configurée en 6+2 phases. En langage plus commun, les 12 VRM dédiées au CPU fonctionnent encore en parallèle et de manière analogique... un type de montage qui n'apporte que très peu d'efficacité comparée au dédoublement numérique des phases. Fort heureusement, les composants sont correctement dimensionnés :  chaque MOSFET est capable de tenir 45 A, ce qui, avec une douzaine d'entre eux, permettra de vous équiper de n'importe quel Comet Lake tant que vous restez correct sur l'OC.

 

asus rog strix z490 a - circuit audio [cliquer pour agrandir]

ASUS améliore drastiquement son système audio, un gros point positif.

 

Pour l'audio, ASUS fait des efforts et couple une puce, l'éternelle ALC1220, avec deux amplificateurs opérationnels de bonne qualité : un R45801 pour la façade avant et un OPA1688 pour la prise arrière. Ces deux modèles sont réputés pour leur très faible bruit et leur bonne adaptation d'impédance, ce qui permettra d'améliorer les performances du circuit audio. Cela est d'autant plus appréciable que les fabricants se contentent habituellement de rajouter des DAC chers inutiles qui n'ont pas de quoi être correctement exploités, au lieu de travailler la base analogique du circuit. Ici, ASUS préfère livrer un circuit équilibré et adapté au budget : bravo.

 

asus rog strix z490 a - puces de gestion des ports USB [cliquer pour agrandir]asus rog strix z490 a - puces de gestion des ports USB [cliquer pour agrandir]

asus rog strix z490 a - zoom sur les puces propres à ASUS [cliquer pour agrandir]

asus rog strix z490 a backplate

La connectique reste basique pour une carte de milieu de gamme, nous aurions pu attendre mieux de la part de ASUS...

 

Pour terminer notre fouille en profondeur, parlons connectiques. La façade arrière est standard avec 4 ports USB 3.1, 1 port USB 3.2 Gen 2 Type-A, 1 port USB 3.2 Gen 2 en Type-C, et 2 ports USB 2.0 pour les périphériques souris/clavier, accompagnés d'une puce Ethernet Intel en 2.5G. Notez que la fonctionnalité de flashage de BIOS directement depuis un lecteur USB - c'est-à-dire sans avoir besoin de booter le PC, pratique en cas de mauvaise manipulation ou de CPU incompatible - est toujours présente sur les grosses gammes du constructeur, et est toujours aussi appréciable.

 

La connectique interne est davantage chargée : nous vous épargnons la liste, vaste et longue, excepté notre mention spéciale pour le connecteur USB 3.1 Gen2 Type-C et ceux, désormais classique, dédiés aux branchements aRGB. RGB toujours, les LED physiquement présentes se limitent uniquement à la coque au-dessus de la plaque arrière : pas de boule disco donc avec cette carte maman.



Les 3 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !