• Comment que ça marche ?

On passe aux performances en jeu. On a vu dans le protocole qu'on avait utilisé une RTX 2060 signée ASUS afin de voir ce que ça donne et quels impacts sur les images par seconde pouvaient avoir le DLSS et le Raytracing. On vous invite à relire le passage sur le DLSS, mais il faut savoir que selon la carte utilisée, les options activables sont différentes ou pas. Avec la RTX 2060, le DLSS ne peut pas s'activer seul, il est lié à la présence ou non du RayTracing. Nous avons utilisé le benchmark intégré, parfaitement reproductible, bien assez long, et qui fait la part belle aux éclairages avec de nombreuses sources de lumière dont le feu multi-foyer.

 

• 1920x1080

Commençons par le petit Full HD qui reste théoriquement facile pour une RTX 2060. Toutefois ce jeu étant des plus gourmands, nous avons mis le preset graphique sur "Elevé", ce qui devrait être tout à fait correct pour des performances brutes. Le preset Ultra est inutile et non pertinent au regard de la puissance supposée de la carte. Regardons ce que ça donne :

 

 

Tout d'abord, le jeu à pwal, c'est à dire sans RayTracing et avec TAA est ce qu'il y a de mieux en termes d'iamges par seconde, et ceci en l'absence de DLSS qui ne peut s'activer sans RTX. Ensuite l'application du simple RT casse les performances mais ce n'est pas abominable, c'est jouable surtout en RTX Elevé. A ce stade toujours pas de DLSS, mais le voilà. Avec lui, le gain en performances est réel et appréciable, même en 1080p. Inutile de dire que l'usage d'un écran G-Sync ou G-Sync Compatible est un gros plus pour l'expérience de jeu. Dans la mesure où le DLSS ne floute pas le jeu, inutile de dire que son activation est requise même associée au RT. Le meilleur cas étant DLSS et RTX Elevé.

 

• 2560x1440

On monte d'un cran et on tape dans du WQHD, soit 70% de pixels en plus que le Full HD. On a cette fois mis le preset qualitatif sur Normal, ce qui de facto désactive Hairworks, Advanced PhysX restant activé. Néanmoins visuellement le jeu reste tout à fait agréable et c'est un compromis plus qu'acceptable. Regardons ce que ça donne.

 

 

Le cas est assez similaire au FHD, à savoir que l'activation du RT casse les performances, mais le DLSS permet de s'en sortir pas trop mal. Le meilleur cas est ici RT Elevé et DLSS, en WQHD, avec un preset qui ne massacre pas non plus le visuel. Ca reste malgré tout correct et le conseil reste le même, écran à rafraîchissement variable plus que conseillé.

 

Nous n'avons pas fait de mesure sur l'UHD, parfaitement inutile sur ce GPU qui n’est pas du tout taillé pour cette définition. Passons à la RTX 2080 Ti.




Les 13 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !