• Evolution des fréquences

Pour jauger l'ampleur des éventuelles baisses de fréquences induites par les limites de température et consommation imposées à nos 3 cartes via GPU Boost 3.0 et Powertune, nous avons mesuré la fréquence de leur GPU et le taux d'utilisation du TDP (pour les 1050, GPU-Z ne proposant pas cette valeur pour la RX 560) en tâche de fond sous très forte charge (Anno 2070 en FHD) soutenue durant 30 min. Nous reportons ces valeurs dans le graphique. :

 

log freq

L'évolution des fréquences des 3 cartes sous forte charge

 

Du côté des GeFORCE, la Phoenix GTX 1050 s'avère très rapidement limitée par son enveloppe thermique (dès qu'on atteint 99 % du TDP, GPU Boost 3.0 taille sévèrement dans les fréquences pour la garder sous contrôle) sous ce jeu, conduisant à un sévère baisse de fréquence qui se stabilise aux alentours de 1530 MHz alors que la carte de KFA² (utilisant un peu plus de 90 % de son TDP, qui semble donc bel et bien plus élevée que pour sa concurrente) conserve une valeur aux alentours de 1645 MHz. Il est bon de garder toutefois à l'esprit que ce cas extrême ne se produit que dans de très rares jeux, comme en attestent les performances moyennes très proches des deux GTX 1050. L'Asus RX 560 Strix Gaming OC voit de son côté une baisse plus mesurée de sa fréquence GPU (~25 MHz) tout au long de ce test, grâce à une enveloppe thermique autorisée bien plus élevée.

 

 

• Nuisances sonores

Nous laissons le boîtier ouvert et positionnons le sonomètre à 20 cm de la carte graphique à la même hauteur. Afin de limiter au maximum les nuisances externes aux cartes, nous coupons temporairement pendant la mesure les ventilateurs du boîtier, du CPU et de l'alimentation (via l'intégration d'un interrupteur sur cette dernière). Nous utilisons à présent un sonomètre Casella Tech CEL-620A1, certifié et calibré pour une plage de mesures comprises entre 20 et 140 dB.

Sonomètre

 

Au repos, l'Asus RX 560 Strix Gaming OC coupant ses ventilateurs, elle est totalement inaudible ce qui est un très bon point ! C'est beaucoup moins bien pour les 2 GTX 1050 testées qui, sans s'avérer bruyantes, sont largement audibles ce qui est pour le moins dommage d'autant qu'une meilleure gestion de la courbe de ventilation au repos aurait pu les rendre plus discrètes, il faudra donc le faire manuellement avec un logiciel ad hoc. En charge, le rapport de force s'inverse entre la RX 560 d'Asus et les GTX 1050, bien aidées par l'appétit de moineau de leur GPU, plus facile à refroidir donc, malgré des dissipateurs moins évolués. Bon point pour toutes, pas trace du moindre coil whine.

 

 

Page suivante, passons aux mesures de températures.





Les 8 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
prévention anti troll, loguez-vous !ouverts aux ragoteurs logués