• Le protocole pour les boîtiers ATX...

CDH: le matériel de test

Nous vous proposons d'analyser les nuisances sonores générées par le boîtier et ses composants en fonctionnement, ainsi qu'un relevé de températures en charge.

 

En ce qui concerne la configuration de test, nous conservons les éléments habituels et nous en profitons pour introduire le Noctua NH-C14 équipé d'un 140mm à 5V qui viendra prendre place quand le HR-02 ne pourra pas être utilisé. Nous vous présenterons une série de mesures du niveau sonore réalisées en conservant le principe de configuration faible et configuration élevée utilisée dans nos précédents dossiers, en utilisant les différentes combinaisons possibles de ventilation pour le boîtier (B), mais également la configuration (C) en jouant sur la vitesse des ventirads CPU et GPU. L'alimentation retenue est une P-460 passive de chez Seasonic, pour ne rien perturber dans les mesures.

 

Nous testerons ensuite les capacités de chaque boîtier à contenir les vibrations des disques durs en les soumettant à l'épreuve du Raptor-X, bien connu pour ses tendances à secouer les châssis. Nous lancerons alors une copie de plusieurs Go pendant que l'ensemble de la configuration sera en position faible.

 

Gigabyte Z68 UD5HR-02 machoSeasonic Platinum Fanless 460wWestern Digital Raptor X

 

Pour finir, nous vous proposerons un relevé des températures sur les différents éléments de la configuration. Nous gardons notre processeur quadcore de 95W, qui sera refroidi soit en passif par le HR-02, soit avec le NH-C14 en 5V lorsque la situation nous y contraindra. La carte graphique de 108W devra pour sa part survivre à l'aide de l'Accelero S1 Plus. Pour cette partie du test, nous lancerons alors le mode "Alimentation" (il fait chauffer CPU et GPU) d'OCCT 4 en boucle durant 1H avant de relever les températures CPU et GPU bien évidemment, mais également la température du disque dur et celle de la carte mère, le tout une fois encore aux différents modes de ventilation proposés par le boîtier. Les températures seront données en "Delta T", c'est-à-dire leur différence par rapport à la température ambiante de la pièce de test.

 

• ... Et les résultats

ventilation interne

Première étape de nos tests, relever les nuisances sonores globales de notre machine en fonctionnement. Pour ce faire, nous placerons la ventilation du boîtier (B) ainsi que celle de notre configuration (C) dans différentes combinaisons possibles, en jouant sur la vitesse de tous les ventilateurs. Le sonomètre sera placé à 15cm sur l'avant, au-dessus du boîtier et les résultats obtenus seront exprimés en dB(A). Nous procèderons de la même manière pour les mesures des nuisances causées par les vibrations du Raptor-X, une fois la configuration entière placée en position "faible". Pour rappel, avant de commencer, voici quelques explications :

 

Ventilation faible : Noctua NF-P12 à 9V / ventilation de la carte graphique à 50%.
Ventilation élevée : Noctua NF-P12 à 12V / ventilation de la carte graphique à 100%.

 

mastercase5 bruit

Nous entrons dans le vif du sujet avec la mesure des nuisances générées lors du fonctionnement du MasterCase 5. Ce que l'on peut dire d'emblée, c'est que les larges ouvertures à l'avant et sur le haut du boîtier ne sont pas là pour retenir le bruit. Configuration à fond, l'engin est audible, mais pas gênant. La régulation des différents éléments permet de gagner en confort. On remarque aussi que la configuration est la principale source de bruit ici. Cependant, les ventilateurs de boîtier ne sont pas les plus discrets qu'ait faits Cooler Master. Les deux 140mm installés restent audibles quel que soit le cas de figure, mais ne sont pas non plus gênant pour autant. On rejette une nouvelle fois la faute sur les ouvertures avant et haute.

 

mastercase5 vibrations

Au lancement du test, nous espérions un meilleur résultat dans ce boîtier. Malheureusement le bruit caractéristique du Raptor X envahit le bureau dès qu'il se met en branle. Le niveau sonore augmente nettement et atteint un pic de près de 43dB lorsque les têtes de lecture s'activent. Le boîtier est aéré et c'est le prix à payer pour cela.

 

Performances en refroidissement

Voilà le moment critique, la mesure des températures en charge. Pour ce faire, nous mettons à rude épreuve le boîtier testé en utilisant notre quadcore surmonté du HR-02. La carte graphique ne sera équipée que de l'Accelero S1 Plus pour ce test. Le logiciel OCCT est utilisé en mode "Alimentation" (CPU+GPU) afin de solliciter l'ensemble durant une heure complète. Les températures relevées sur la carte mère, le disque dur, le processeur et la carte graphique sont exprimées en Delta T, c'est à dire en écart par rapport à la température ambiante.

 

mastercase5 temperatures

 

On fait chauffer la machine et on compte les points. Sur les éléments les plus exposés, nous relevons des températures d'un bon niveau lorsque le boîtier tourne à pleine vitesse. Déjà très proche de l'Anidées AI7 en terme de nuisances, le MasterCase 5 continue à le coller sur le relevé des températures. Le Delta mesuré sur le processeur est excellent pour un boîtier équipé de deux ventilateurs. Il reste dans les meilleurs du panel et n'est détrôné que par le Graphite 760T ici. Du côté du GPU le flux d'air est moins efficace. Le ventilateur avant n'est pas directement en face de la carte graphique, ce qui se ressent sur le résultat. Elle grimpe alors à +62°C, mais bât le Graphite ! Les modèles équipés de plus de ventilateurs s'en sortent évidemment mieux. Bien sûr, rien ne vous empêche de bouger le ventilateur ou d'en installer un second pour pallier ce problème. Le MasterCase 5 le permet.

Du côté des relevés annexes, rien à dire ici. On remarque simplement une température un peu élevée sur notre disque dur vieillissant qui peine un peu à reprendre son souffle. L'amélioration du flux d'air et un positionnement différent de la baie 3.5" permettront de remédier à cela.

En régulant le boîtier, les températures grimpent logiquement. Si la montée est compréhensible sur le processeur et la carte graphique, en tout cas dans des proportions raisonnables pour les conditions imposées, le relevé effectué sur le disque dur devient lui plus délicat. En effet, avec une température ambiante de 29°C, l'unité de stockage grimpe à 50°C tout de même. À la longue cela peut être préjudiciable pour un HDD d'ancienne génération. Attention au matériel que vous installez.



Les 8 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !