• L'extérieur

Et nous commençons notre petit tour du propriétaire par une série de 4 clichés de l'extérieur du Corsair Obsidian 800D :

 

image_officielle_t.jpg [cliquer pour agrandir]avant.jpg [cliquer pour agrandir]arriere.jpg [cliquer pour agrandir]image_officielle_t.jpg [cliquer pour agrandir]

 

Dès le premier coup d'oeil le 800D marque son terrain avec un design clair : il s'adresse à une clientèle aimant la sobriété classieuse. Classieuse, car si le boîtier de Corsair n'est définitivement pas "tape-à-l'oeil au niveau de ses courbes, il se dégage de son design une impression de robustesse, qualité, et une finition qui ne trompe pas : nous sommes en présence d'une grande tour (61cm de hauteur et de profondeur, pour 16kg sur la balance !) qui a bien des surprises à dévoiler. Une surprise d'ailleurs laisse déjà pantois, et pas dans le bon sens du terme : la présence d'une gigantesque ouverture sur le dessus, destinée à pouvoir accueillir 3 ventilateurs de 120mm (associés si souhaité un radiateur triple de watercooling) mais qui ne sont pas fournis d'origine. Il n'y a même pas de filtre à poussière ou cache et le maillage est gros, résultat l'utilisateur a une vue plongeante sur l'intimité de la tour. De quoi faire peur à la fois en matière de poussière, mais également de nuisances sonores. Nous verrons le verdict des tests.

 

De petites touches cassent un peu la sobriété du 800D pour ne pas le rendre trop monotone, les plus visibles étant bien entendu ce panneau latéral muni d'une large baie vitrée, et ces larges pieds en formes d'arceaux. Une autre touche, moins visible de design est la face avant en aluminium légèrement brossé, du plus bel effet car elle garde une légère brillance. Corsair n'aimerait certainement pas cette comparaison directe (encore qu'il n'y a pas de mal à être comparé à ne référence comme celle-ci), mais cette face avant ne manque pas de rappeler la qualité de finition que l'on retrouve sur les grandes tours d'une autre célèbre marque : Lian Li. Pour rappel, l'Obsidian 800D n'est lui que le premier boîtier de Corsair...

 

A l'arrière du boîtier deux éléments ne trompent pas sur la largeur un peu supérieure à la moyenne (23cm) du 800D : l'ouverture pour l'alimentation qui semble bien petite alors qu'elle est de taille habituelle, et le ventilateur qui pousse à se dire "c'est dommage, ils auraient pu en mettre un plus gros, un 140mm par exemple", alors qu'il s'agit bel et bien déjà d'un 140mm... Nous verrons en page suivante la raison de cette largeur supplémentaire, qui trouve d'ailleurs des traces visibles sur cette face arrière avec cette bande verticale grillagée sur toute la hauteur gauche de la face. Détail sympathique également à constater : les gros boutons poussoirs tout en haut de chaque côté. Les panneaux latéraux s'ouvrent bel et bien d'une simple pression sur ces boutons !

 

Enfin la vue de côté nous laisse d'ores et déjà entrapercevoir une des particularités de l'Obsidian : une conception interne compartimentée. Là encore un peu de patience, nous en parlerons plus en détail en étudiant l'intérieur de la tour.

 

connectiques_t.jpg [cliquer pour agrandir]hotswap.jpg [cliquer pour agrandir]filtre.jpg [cliquer pour agrandir]

 

Mais avant cela attardons-nous sur des caractéristiques intéressantes, et une première critique qui va concerner les connectiques. Si celles-ci sont très intelligemment masquées derrière un petit panneau qui s'ouvre lentement d'une simple pression du doigt, rapidement une absence se fait ressentir : l'eSATA. Un manque assez coupable sur un modèle haut de gamme quand la concurrence généralement possède cette connectique, mais Corsair a visiblement fait le choix lui du Firewire. En dehors de cela pas de critique à formuler, les prises USB sont nombreuses puisqu'au nombre de 4, et bien entendu elles sont en 2.0, ce qui même avec l'arrivée de l'USB 3.0 ne peut être retenu comme un inconvénient, la conception du 800D étant antérieure à l'arrivée de cette nouvelle norme...

 

Une des grandes qualités de ce boîtier est ensuite mise en avant sur le second cliché : sa cage à disque dur "hotswap". Derrière une trappe en face avant se cachent 4 berceaux extractible en seulement quelques secondes, et qui peuvent accueillir au choix des disques 3.5 ou 2.5" au format SATA. SATA uniquement, car à l'arrière des baies se trouve une connectique complète (transfert + alimentation), qui fait que dès que vous enfoncez le berceau dans la baie le disque dur est automatiquement connecté au PC et prêt à fonctionner.

 

Enfin le seul et unique filtre du boîtier se trouve sous le 800D, et s'extrait sans nécessiter son ouverture, juste en tirant le filtre vers l'arrière. Un unique filtre qui étonne, mais nous allons voir maintenant le comment du pourquoi en page suivante !



Les 36 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !