Ce n'est certainement pas la première fois que le constructeur aborde le vaste sujet de l'avenir du disque dur chez lui, mais ne se fait jamais prier d'en reparler, rien que pour montrer ses muscles à la clientèle, à son concurrent et puis rassurer les investisseurs au passage.

Conformément à ce qu'il avait déjà dit en octobre dernier et encore une fois début janvier, un disque dur de 50 To est toujours planifié pour 2026, avec pour objectif de doubler cette capacité en 2030, puis dépasser les 120 To au début de la prochaine décennie ! Pour y arriver, pas de salut Seagate devra tout miser tout sur les technologies d'enregistrement magnétique — HAMR chez lui, MAMR chez Western Digital —, qui lui en principe ouvrirons les portes des disques de 80 To et plus, la technologie PMR ayant selon lui désormais atteint le maximum de sa capacité utile.

 

seagate : roadmap 2021 [cliquer pour agrandir]

 

Entre autres, HAMR permettra d'obtenir des plateaux de 4 To à 10 To, des unités beaucoup plus denses et pour l'instant toujours au nombre de 9, ce que Seagate aurait déjà réalisé en laboratoire avec un prototype de disque dur de 40 To.  Ce serait là la densité maximale atteinte par le constructeur avec les moyens existants. À titre de comparaison, un modèle 20 To standard existant utilise 9 plateaux d'environ 2,2 To. Pour aller au-delà, Seagate devra notamment développer de nouveaux films magnétiques granulaires, au fur et à mesure que les grains deviendront de plus en plus petits et les pistes toujours plus étroites. Mais ces supports serviront avant tout d'étapes intermédiaires avant d'en arriver aux supports « Bit Patterned », qui permettront en théorie une densité de 8 To par pouce carré (6,45 cm2) pour des disques de 120 To et plus, contre 4 à 7 To/pouce carré pour les futurs supports granulaires des disques durs de 90 à 105 To.

 

seagate...  [cliquer pour agrandir]

 

Voilà pour la capacité, mais ce n'est qu'une partie de l'équation, et la vitesse dans tout ça ? Pour s'assurer que les performances suivent avec les capacités grandissantes, Seagate a déjà développé Mach.2, une technologie de doubles actionneurs (deux bras indépendants pour deux groupes de têtes de lecture)  basée sur le travail de Conner Perpipherals Inc. — entreprise absorbée par Seagate en 1995. Pour l'instant encore seulement au stade expérimental chez Seagate et une poignée de ses clients, cette technologie sera tôt ou tard commercialisée pour de bon, prévue pour être standardisée d'ici 2022/2023 avec les disques durs de plus de 20 To, pour lesquels elle sera indispensable pour de garantir un niveau de performance IOPS par To identique à ceux des disques existants de 16 To.

 

Le futur de Mach.2 [cliquer pour agrandir]

 

Enfin, avec cette complexité croissante du disque dur, les prix de production aussi devraient grimper, et par conséquent ceux de vente, mais Seagate est confiant que les disques durs conserveront leurs avantages d'un meilleur prix au Go et d'un coût total de possession favorable face au SSD pour les années à venir ! Évidemment, le constructeur anticipe aussi que les deux types de support resteront également encore longtemps complémentaires et critiques à l'infrastructure, et donc en très forte demande. (source)

 

Seagate et le futur...  [cliquer pour agrandir]


Un poil avant ?

Victoire de Nvidia dans un procès contre des actionnaires mécontents de sa gestion du minage

Un peu plus tard ...

Quel Ryzen 5000 est le plus dispo ?

 Des disques toujours plus gros, bien entendu, et au moins aussi rapides que les existants ! Mais quel est le chemin suivi ? 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 11 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !