Alors que le géant bleu se réfugie dans l’espoir en se languissant de son ancien compagnon Apple, ce dernier ne semble pas vraiment avoir de regrets. En effet, hier étaient annoncés les nouveaux MacBook Pro, intégrant sans surprise les nouveaux SoC de la firme, nommés M1 Max et M1 Pro - raté pour les M1X et les M2 prédits par les fuites précédentes ! 

 

Un M1 Pro sans carosserie, ça vous dit ? [cliquer pour agrandir]

Ci-dessus, le M1 Max dans sa plus jolie robe

 

Avec pas moins de 33,7 milliards de transistors pour le M1 pro et 57 milliards pour le M1 Max, ces puces arrivent allègrement parmi les plus gros dies construits jusqu’alors pour le grand public. À titre de comparaison, la RTX 3090 n’en intègre « que » 28 milliards — mais la fréquence de moulinage n’est pas vraiment la même (supposément, puisqu'aucune information n'est disponible dans l'annonce officielle, pas plus que sur les tailles de cache ou que tout autre caractéristique microarchitecturale). Néanmoins, la maison-mère peut clairement remercier TSMC sur ce coup et son 5 nm, bien pratique pour arriver à des densités si élevées.

 

Certes, mais si le nombre de transistors seul était une mesure fiable de performance, cela se saurait. Apple annonce pas moins de 1,7 fois la performance du M1, un sacré chiffre, obtenu par un passage à 10 cœurs sur le processeur. Comme pour le M1, l’hétérogénéité est de mise avec 2 cœurs petits et 8 gros (contre 4 + 4 sur le M1 toukour), voilà qui explique une partie des gains. Par rapport à un « PC standard à 4 cœurs » en la présence d’un MSI GP66 Leopard, la pomme affiche 70 % d’énergie consommée en moins à puissance équivalente, soit un passage de 60 W à 20 W

 

Côté GPU, c’est là que se fera la distinction entre Pro et Max : le premier cité n’aura « que » 14 ou 16 cœurs — à titre de comparaison, le M1 n’en a que 8, et le second en bénéficiera de 24 ou 32. Par rapport à la concurrence — un Razer Blade 15 —, la firme "markette" 40 % de performance en plus... sans pour autant préciser la tâche ni les pilotes. Rajoutez le décodage matériel de ProRes, un processeur de signal maison et un display engine revu, et voilà de quoi encoder et décoder sereinement pour les années à venir.

 

Pour ce qui est de l’interfaçage avec l’extérieur, ces M1 utilisent de la « mémoire unifiée » à 200 Gio/seconde (et 32 Gio) sur le Pro, contre 400 Gio/seconde pour le Max et une capacité de 32 ou 64 Gio. GDDR ? LPDDR5 ? Apple ne s’étend pas plus sur le sujet, si ce n’est n’est que le doublement de bande passante est réalisé en doublant le nombre de puces : rien de bien sorcier. Enfin, le Thunderbolt en version 4 est de la partie : de quoi étendre tranquillement ses périphériques sans s’embêter.

 

Reste qu’avec un ticket d’entrée à 1999 $ hors taxes pour le MacBook Pro 14" équipé du M1 Pro, et 3499 $ toujours hors taxes pour le premier MacBook Pro en 15" intégrant le M1 Max, le bouzin est loin d’être accessible ; et la chose est loin d’être une première chez la pomme. À voir dans les tests en conditions réelles si le jeu en vaut... la peau des fesses !

 


Un poil avant ?

N3, N3E, N2...Des détails en plus pour le programme de TSMC de 2023 à 2025

Un peu plus tard ...

Alder Lake, les dates ont fuité chez Intel cette fois

 Enfin, les versions aux hormones du M1 se dévoilent. Surprise, pas de M2 en vue, mais 10 cœurs CPU et 32 cœurs graphiques ! 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 21 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !