L'industrie du semi-conducteur n'est pas figée, surtout en cette période trouble où de nombreux chamboulements sont déjà à l'œuvre et que beaucoup d'autres se dessinent à l'horizon. Ces derniers temps ont ainsi tout particulièrement été marqués par une nouvelle phase de consolidation au travers de l'ensemble de l'industrie, chaque acteur cherchant de nouveaux moyens pour s'agrandir rapidement et élargir ses horizons, en enrichissant au passage leur catalogue afin de rester au mieux dans cette course effrénée du semi-conducteur, sous toutes ses formes.

Plusieurs exemples nous reviendrons à l'esprit, comme l'acquisition de Xilinx par AMD, la tentative de rachat encore non finalisée d'ARM par Nvidia, suivant l'acquisition de Mellanox par ce dernier, et la fusion de Maxim Integrated Products avec Analog Devices ! Sur la table des échecs, à laquelle viendra peut-être éventuellement s'ajouter le deal NvidiARM si l'opposition assez forte devait l'emporter, on pensera notamment à la tentative de rachat de Qualcomm par Broadcom, bloqué par un ordre exécutif de l'ex-POTUS.

Du côté des producteurs de puces mémoire, on apprend désormais que Micron et Western Digital chercheraient (individuellement) à trouver un accord autour de KIOXIA avec Bain Capital, le consortium d'investisseurs japonais propriétaire de l'ex-division de Toshiba depuis 2018, rebaptisée officiellement en 2019. Pour l'anecdote, entre temps, KIOXIA a aussi mis la main sur le business SSD de Lite-On et sa marque PLEXTOR. Selon des sources proches des discussions, un accord avec l'un ou l'autre producteur américain pourrait pousser la valeur boursière de KIOXIA à 30 milliards de dollars — ce qui représenterait potentiellement un beau profit suivant le rachat de 2018 qui avait été évalué à 18 milliards. À titre indicatif, Micron vaut aujourd'hui environ 100 milliards de dollars et Western Digital 20 milliards en bourse, dans les deux cas des chiffres fortement en hausse ces derniers mois.

 

kioxia micron western digital acquisition collage

 

Néanmoins, à ce stade rien ne serait encore garanti et il n'est pas encore su non plus quelle forme prendrait un accord, selon s'il s'agirait d'un rachat total ou plutôt d'une prise de position importante au capital de KIOXIA. Mais si une transaction doit avoir lieu, cela se ferait rapidement et un accord pourrait être signé encore ce printemps. En cas d'échec des discussions, Bain Capital pourrait aussi reconsidérer l'introduction en bourse de KIOXIA, après avoir annulé celle qui devait avoir lieu en septembre dernier, mais qui pourrait désormais se tenir plus tard dans l'année.

Considérant le statut de KIOXIA au Japon, une passation entre des mains étrangères ne sera pas une mince affaire et nécessitera inévitablement une bénédiction du gouvernement japonais, mais qui pourrait se laisser convaincre cette fois-ci par les USA, puisque cela s'inscrirait dans la stratégie américaine visant à renforcer coûte que coûte ses capacités de productions de puces et enquiquiner la Chine. Il fait aussi bon de rappeler que Western Digital était déjà sur le banc des acheteurs étrangers à l'époque pour Toshiba Memory Corp./KIOXIA, sans oublier le joint-venture toujours d'actualité entre les deux entreprises. L'américain sera-t-il plus heureux cette fois-ci ? À suivre ! (Source)


Un poil avant ?

Semiconducteurs : la course à la production n'est pas réaliste, selon le président de TSMC et la TSIA

Un peu plus tard ...

A toi, à moi, le record de fréquence DDR4 battu

 Malgré le premier échec, on dirait bien que les producteurs américains n'ont jamais perdu de vue le japonais...  

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 2 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !