Décidément, la fibre optique en France devient un feuilleton qui pourrait finir en série Netflix tellement chaque épisode est rapproché et vient perturber celui de la semaine passée. En effet, à peine que le ton ait sérieusement grimpé envers les opérateurs et le modèle de sous-traitance employé, nommé STOC, qu'Infranum publie une première ébauche de sa refonte, afin d'apaiser la colère des collectivités. Une annonce qui semble trouver un bon timing, pure coïncidence ou heureux hasard, regardons tout de même de plus près ce que le regroupement d'acteurs du numérique - comprenant Orange et Altitude Infra dans ses membres - a prévu pour redorer l'image du STOC.

 

Le chantier aura duré 18 mois, après un constat - dès 2018 tout de même - que les réseaux pâtissaient souvent du modèle STOC, faute d'une coordination correcte et à un jeu qui consiste à se renvoyer la balle systématiquement entre ceux qui installent, les opérateur d'infrastructure (OI), et ceux qui exploitent et raccordent les clients, les opérateurs commerciaux (OC), qui s'occupent aussi du bout de ligne. L'objectif serait d'éviter la sanction règlementaire par l'État et l'ARCEP, en montrant le bonne foi d'une partie des opérateurs et forçant les autres à se plier à ce nouveau modèle. Ainsi, trois grands axes sont proposés par InfraNum : 

 

  • Améliorer la sécurité et la qualité des interventions : Accompagnement systématique (par l’OI) de tout nouvel intervenant sur le réseau, renforcement des procédures contractuelles de reprise des malfaçons, réalisation d’audits communs et l’introduction de sanctions, pouvant aller jusqu’à l’exclusion d’un sous-traitant, en cas de manquement contractuel.
  • Renforcer la transparence : Processus de raccordement entre OI et OC : traitement photographique des interventions des OC (comptes-rendus avec photos horodatées, montage « avant-après », etc.). L’OI pourra, via un contrôle par un système d’intelligence artificielle, identifier rapidement toute malfaçon ou dégradation liée à une intervention et y remédier.
  • Rééquilibrer les coûts de maintenance : Entre les OI et les OC, une prise en charge collective des frais de remise en état du réseau, selon une clé de répartition approuvée par l’Arcep.

 

Selon la fédération, Axione et Altitude Infra se sont déjà convertis sur ces trois objectifs, et prévoient d'appliquer leurs nouveaux contrats avec les grands opérateurs commerciaux comme Orange, SFR, Free ou Bouygues. Néanmoins, les négociations risquent d'être rudes, car les engagements mis en avant ont un cout et demandent du personnel mieux qualifié, ce qui veut dire former d'autres employés. Il ne reste plus qu'à voir ce que diront l'État et l'ARCEP, qui pourront peut-être imposer à terme ces modifications, qu'importe l'opinion des opérateurs.  (source : InfraNum)

 

profanation du comptoir : les opérateurs à l'école [cliquer pour agrandir]

Et si ça ne marche pas, ça sera retour à l'école de gestion pour les opérateurs.


Un poil avant ?

Yo Mech, tu fais du GAMING chez qui ? RDNA 2 ?

Un peu plus tard ...

Z590 et Comet Lake, attention à la compatibilité des slots M.2 !

 Véritable révolution pour la qualité du déploiement de la fibre optique, ou coup de communication sans impact ? 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Yapa de ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !