Ça fait déjà plusieurs mois que cette fameuse taxe digitale chatouille les esprits des ministères de la Finances des pays européens - France et Allemagne en particulier - et que ceux-ci poussent pour faire passer le texte de loi approprié auprès de la Commission européenne. Le texte - qui devrait être finalisé très bientôt et dont un premier jet avait déjà fuité sur la toile la semaine dernière - impliquera notamment 3% de taxe pour les compagnies générant un revenu des ventes de 750 millions d'euros au niveau mondial et d'un revenu d'au moins 50 millions d'euros en ligne dans les limites de l'espace Européen. Cette initiative devrait ainsi permettre d'apporter un revenu supplémentaire d'au moins 5 milliards d'euros aux pays de l'UE, c'est que ça coûte cher aussi à faire tourner une institution de cette taille !

 

Une taxe du style a été vocalisée régulièrement depuis pas mal de temps déjà, mais a réellement pris forme uniquement depuis l'automne dernier lorsque les ministères des Finances des gros pays européens en mal de sous et à la taxation facile se sont finalement impliqués. Beaucoup l'auront compris, cette fameuse taxe digitale visera très particulièrement les grosses entreprises étrangères du Web, et surtout américaines en fait. Les géants américains tels que Apple, Facebook, Google, Uber, AirBnb, Twitter sont d'ailleurs directement mentionnés et sont très clairement les cibles désignées.

 

americaball cool lunette soleil

 

Il faut dire que tous sans exception (ou presque) réalisent chaque année des bénéfices assez conséquents en Europe, mais n'y payent pourtant qu'une somme dérisoire en taxe, si taxation il y a. Au grand dam des pays européens, cette situation particulière s'explique surtout par l'absence de quartiers généraux en Europe - et donc l'absence d'une adresse européenne autorisant une taxation comme pour toute autre entreprise domiciliée dans l'espace européen - ainsi que par des lois inadaptées au monde du 21ème Siècle.

 

Quoi qu'il en soit, si les membres de l'UE arrivent à se mettre d’accord, tout ceci ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir lointain. Une fois mise en place, la taxe sera due en fonction du pays à l'origine des revenus, autrement en se basant sur la situation géographique des utilisateurs. Sans trop de surprise, un accord de principe a déjà été donné par le parlement européen, la suite ne devrait donc a priori pas poser trop de problèmes, et ce n'est certainement que le début d'une taxation plus stricte des compagnies du Web.

Par contre, à en croire certains analystes, tout n'est pas rose pour autant, la loi pourrait même faire plus de mal que de bien, et pour cause elle risquerait surtout d'ajouter de l'huile sur le feu de la dispute commerciale naissante entre l'Europe (et le reste du monde ?) et les USA. Il faut donc garder à l'esprit que les nouvelles grilles tarifaires imposées récemment par l'administration Trump sur les imports d'acier et d'aluminium non américain ne sont peut-être qu'un début, et qui sait comment tout cela affectera nous autres, utilisateurs, déjà qu'on pas bien gâté ces derniers temps...#optimisme. (Source : Computerbase, Heise.de)

 

europe taxe gafa chasse papillon

 Et un, et deux, et trois pourcents de taxes ! Pour qui ? Les géants du Web en général, mais les américains en particulier...  

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 18 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !