• Arrosons le GPU

On s'équipe d'une salopette rouge (ou verte si vous êtes plutôt Nvidia Luigi) et d'une clé à molette pour démonter le kit afin d'intégrer notre carte graphique hybride au circuit. On n'oublie pas de l'équiper de la ribambelle de sondes pour mesurer ce que nous avons à surveiller. La première sonde de température est placée en sortie de radiateur, la seconde en sortie de CPU et la dernière sera en charge de vérifier la température du fluide qui s'échappe du GPU.

 

Ecrans LCD sondes Phobya - DocMicro [cliquer pour agrandir]

 

Petit rappel sur le protocole : nous relevons la température du CPU, du GPU et du liquide au repos, PC allumé depuis 30min. S'en suit une charge continue de 45 minutes avec OCCT en mode alimentation pour stresser le processeur et la carte graphique dont la ventilation est bloquée au minimum. Toutes les 5 minutes nous effectuons un relevé des températures du processeur, de la carte graphique et des trois sondes. À l'issue de la période de charge, nous laissons 15 minutes au kit testé pour reprendre son souffle, sans oublier de relever les températures sur tous les points surveillés. Les résultats obtenus sont retranscrits dans les graphiques ci-dessous :

 

• La carte graphique sans eau?

La GTX780 Poséidon est en place dans le boitier, il est donc temps de faire un premier relevé sans le refroidissement à eau. Le processeur est le seul à profiter du système. Voilà ce qu'il en ressort :

 

EK-XLC Predator 240

 

On ne change pas de schéma, avec une montée brutale en température pour notre carte graphique refroidie simplement par air et dont la gestion de la soufflerie est laissée en automatique. La température moyenne enregistrée sur la période de charge est de 75°C pour cet élément. Le processeur se la coule douce pour l'instant, profitant pleinement du Predator pour le refroidir. Quant au liquide, il ne chauffe pas un brin.

 

• La boucle complète

 

EK-XLC Predator 240

 

L'histoire n'est pas la même lorsque l'on intègre la Poséidon dans le circuit. Pour information, le Predator 240 est testé dans sa configuration d'origine, ventilation à 12V. On remarque alors que la température moyenne en charge prend 7°C, frôlant parfois les 70°C lors des contrôles. La carte graphique profite bien de l'eau qui circule pour faire baisser sa température. On gagne alors 21°C sur cet élément dans ces conditions. Le liquide chauffe beaucoup plus ici avec +6°C en moyenne, la faute à une ventilation mal positionnée selon nous. Même s'il n'est pas le meilleur, l'EK-XLC Predator 240 s'en sort assez bien ici.



Les 37 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !