• La CERISE MX planche 1.0 décortiquée

La partie la plus fun ou la plus chiante, et aussi celle que l'on ne recommandera à personne de faire si ce n'est pas vraiment nécessaire, d'autant plus que le MX Board 1.0 n'était pas particulièrement facile à démonter. Non pas que le constructeur ait particulièrement cherché à empêcher la chose, toutes les vis sont ainsi parfaitement visibles et accessibles directement au dos du clavier, et non pas cachées sous les patins ou des autocollants comme c'est parfois le cas. Par contre, une fois toutes les vis retirées (de leurs pas en plastique), le clavier ne donne absolument toujours aucun jeu, la coque en plastique grise et la partie supérieure noire étant encore solidement encastrée l'une dans l'autre avec l'aide de crochets également en plastique. Il a donc fallu user de nos quelques muscles pour les séparer tout en essayant tant bien que mal de faire preuve de finesse pour ne rien casser.

 

cherry mx board 1.0 [cliquer pour agrandir]

 

Il faudra ensuite retirer trois vis supplémentaires (les pas toujours en plastique) attachant le PCB à la coque supérieure noire. On se retrouve ensuite avec trois morceaux bien distincts, en sachant qu'il n'est pas possible de séparer la plaque en aluminium du PCB, ceux-ci constituent donc un bloc fusionné bien mastoc. Toujours est-il que l'ensemble fait solide et respire la bonne qualité de  fabrication, néanmoins il sera aussi très difficile de réellement réparer quoi que ce soit, en tout cas autre que le simple remplacement (très aisé ici) du câble USB 4 pins standard. Heureusement, réassembler le clavier était beaucoup moins un parcours du combattant et tout se loge à nouveau en place relativement facilement.

 

cherry mx board 1.0 [cliquer pour agrandir]

 

Retirer les capuchons des interrupteurs n'était pas non plus une grande partie  de plaisir, c'est aussi (un peu) pourquoi on s'est arrêté à la portion de droite plutôt que de prolonger la souffrance faute d'avoir l'outil approprié autre que des doigts pourtant pas si gros, mais visiblement un poil trop dans ce cas de figure de capuchons standards, de manque d'espace entre les touches et avec la coque du clavier. Bref, au moins chaque capuchon tient solidement en place ! On notera aussi que Cherry n'a pas utilisé de tiges métalliques pour les touches longues comme c'est parfois encore le cas chez d'autres, et les a donc pourvus de deux petits interrupteurs supplémentaires. C'est plus moderne et aussi plus silencieux.

 

cherry mx board 1.0 [cliquer pour agrandir]

 

Finalement, étant donné qu'il n'y a absolument aucune partie logicielle (ouf) ni de RGB à aborder avec ce clavier - ce qui n'est pas un mal vu les usines à gaz voraces que l'on nous sert parfois ailleurs -, on terminera sur une petite vidéo façon timelaps pour mieux mettre en évidence l'éclairage du clavier, son intensité et le niveau de réglage permis par le MX Board 1.0. Comme attendu, ce n'est rien de vraiment très disco, mais ça fait le taf assez efficacement de nuit comme de jour !

 

 

comptoir 4stars

Alors ? De la bonne cette 1ere cerise officielle avec les MX Silent ? En fait, le MX Board 1.0 Backlight est l'exemple parfait du clavier fait à l'ancienne : une carrure assez imposante et lourde, une apparence solide et sans fioriture. La modernité se cache surtout sous le capot avec un assemblage propre, mais aussi des interrupteurs MX (RED) Silent très convenables et agréables à l'usage, et qui tiennent leur promesse de silence avec la réactivité des MX RED.  Oui, on peut regretter l'absence de logiciel et de touches programmables, ou encore d'USB pass-through (déjà pas bien courant). En fait, il se trouve à contre-courant des claviers modernes devenus très majoritairement esthétiquement minimalistes, mais toujours plus chargés de fonctions et de LED RGB aux effets multiples, alourdissant la facture et parfois aussi votre machine au passage. Ici, Cherry a fait exactement l'inverse en proposant l'essentiel des fonctionnalités de base d'un clavier, le tout dans une enveloppe classique. Bref, c'est une valeur sûre signée Cherry,  bien que le tarif conseillé de 109,90€ est un peu élevé au vu des prestations, mais qui devrait ne pas décevoir tant que l'on achète en connaissance de cause. En face, seul Corsair propose du MX Silent par  exemple sur son Strafe MK.2 RGB ou K70 RGB MK.2, mais on se retrouve ici dans le monde des claviers contemporains et surtout bien plus chers.

 



Les 7 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !