• Verdict

boxNous voici au bout de ce dossier et on ne peut que constater les indéniables qualités de ces nouveaux processeurs Coffee Lake. Pour la première fois, Intel s'est décidé à franchir le plafond de verre des 4 cœurs sur sa plateforme Mainstream, avec succès. Enfin, pourra-t-on dire et probablement merci à AMD qui, par le biais de ses Ryzen, a ouvert la voie à la démocratisation de ces processeurs plus larges. Pour ce faire, Intel a repris l'inusable architecture Skylake qui officie depuis 2015 et le procédé de gravure 14 nm a peine plus ancien. Ce tandem s'avère toutefois encore parfaitement dans le coup, de quoi proposer des performances en hausse très significative par rapport à la génération précédente, du jamais vu depuis Sandy Bridge côté bleu. Bien sûr, ces gains ne sont pas issus d'une nouvelle architecture plus efficiente ou d'un nouveau procédé de gravure plus fin, mais de l'ajout de 2 cœurs qui aurait pu survenir depuis fort longtemps. Mieux vaut tard que jamais et les gains mesurés prouvent que l’écosystème logiciel est à présent mature pour profiter d'un élargissement des processeurs, dans une certaine limite toutefois, comme le rappelle aussi le récent test du monstrueux Core i-7980XE à 18 cœurs. Le domaine ludique est celui qui profite le moins de cette inflation du nombre de cœurs, cela prouve que les fréquences, latences mémoire et IPC gardent toujours une importance primordiale pour ces activités. La grande force d'Intel a donc été de réussir à cumuler avec Coffee Lake, ces différents points forts afin d'en faire un processeur très efficace à tout niveau et donc sans réelle faiblesse. Certes, il n'est pas aussi rapide que les meilleurs lorsque la parallélisation prime, il parvient toutefois à des résultats à ce niveau, bien meilleurs que ses prédécesseurs et somme toute très corrects face aux meilleurs. Il est en cela bien aidé par ses fréquences très élevées qui lui ouvrent, parallèlement, toutes grandes les portes vers les sommets dans les activités utilisant peu de processus. De quoi, pour un usage mixte, se rapprocher sérieusement des coûteux processeurs HEDT sur plateforme LGA 20xx, diminuant fortement leur intérêt, compte-tenu du différentiel financier entre les alternatives. Nul doute que ce fut un frein pendant bien longtemps, à l'augmentation des cœurs sur la plateforme Mainstream, le retour en forme d'AMD ayant fait voler en éclat cette stabilité artificielle, qui arrangeait bien le géant bleu ces dernières années.

cfls

Tous réussis que soient ces processeurs, il n'en reste pas moins qu'un point reste très difficile à digérer : l’incompatibilité des nouveaux venus avec les précédentes plateformes LGA 1151. Les explications d'Intel à cette obligation de changer de carte mère, fluctuent entre le possible (modification câblage socket pour accroître la puissance électrique) et le prétexte (support DDR4-2666). Le socket étant physiquement identique (même les détrompeurs ne changent pas), le chipset étant similaire (pour ne pas répéter identique) au Z270, on se demande bien pourquoi Intel n'a pas a minima anticipé les modifications nécessaires à l'arrivée de Coffee Lake, pour les cartes mères utilisant ce dernier. Quid également du Core i3-8350K, qui reprend (tout porte à le croire en tout cas) un die Kaby Lake et ne fonctionne pour autant pas sur le premier socket LGA 1151 ! De là à penser qu'il s'agit d'une décision délibérée pour ajouter un chipset à chaque processeur vendu (et faire plaisir aux partenaires vendant des cartes mères), il y a un pas que nous ne franchirons pas, mais pas loin. La pilule serait de toute façon mieux passée si le Z370 avait apporté des éléments nouveaux, tel le support natif de l'USB 3.1 Gen 2. Que nenni, il faudra attendre 2018 pour cela et le véritable nouveau chipset. Cela sent surtout à plein nez le lancement précipité pour faire barrage à Ryzen, le processeur étant prêt (pas en masse) mais pas le chipset : "pas de problème, recyclons le précédent" ! Un adage veut que "plus c'est gros, plus ça passe", il n'en reste pas moins qu'une rétrocompatibilité aurait ouvert des possibilités d'upgrade très intéressantes pour les primo acquérants de socket 1151, le fondeur a donc choisi, soit de s'en passer sciemment, soit n'a pas pu/su faire autrement. Autre grief, pourquoi ne pas investir quelques centimes d'euros supplémentaires dans une pâte thermique de meilleure qualité ? Précisons pour finir que la disponibilité de cette nouvelle gamme risque d'être difficile en 2017, cela aura probablement des conséquences défavorables sur les prix réels des rares exemplaires en boutique cette année.

 

cavachieeeer

Bordel, je venais d'acheter une mobale Z270 !

 

En résumé, le lancement du Core i7-8700K est une réussite, puisqu'il permet au constructeur à l'ovale bleu de proposer une solution au rapport performance/prix capable de rivaliser, avec ce que propose AMD. En effet, pour une hausse de 20$ par rapport à son prédécesseur, les performances applicatives progressent de 35% et cela sans sacrifier le domaine ludique, en hausse modeste à 4 %. De quoi rendre la vie du Ryzen 7 1800X beaucoup plus compliquée, d'autant qu'il n'avait pas besoin de ça, bien concurrencé par le 1700X (très compétitif face au 8700K également), ne lui laissant que peu d'intérêt. D'un point de vue applicatif pur, les processeurs d'AMD gardent un avantage au niveau de la création/rendu 3D, mais en moyenne, c'est une quasi égalité. Du côté ludique, c'est par contre une victoire sans discussion possible pour le nouveau venu. L'efficacité énergétique ne permettra pas de les différencier davantage, quant à l'overclocking du nouveau venu, il fera payer très cher en termes de consommation le passage à 5 GHz, qui semble être la limite haute de la puce avec cette gravure.

Le second processeur testé ce jour, le Core i5-8400, laisse une impression encore plus positive. En effet, pour un tarif annoncé identique à son devancier, il propose avec ses 6 cœurs / 6 threads des performances applicatives proches du Core i7-7700K. De quoi talonner le Ryzen 5 1600 pour un tarif moindre, ce dernier conservant fort heureusement des coefficients libres pour l'overclocking, lui permettant de reprendre un peu de champ. Il n'en reste pas moins que cette configuration processeur s'avère redoutable avec les logiciels contemporains, on comprend dès lors mieux la disparition des 4 cœurs 8 threads, qu'il eut été bien difficile de positionner au sein de la nouvelle gamme. Malgré des fréquences moins élevées que son compère du jour, il est loin de démériter en jeu et trouvera probablement son public à ce niveau. Le Core i5-8600K devrait d'ailleurs s'annoncer redoutable pour ces activités, un futur Best seller ? Le passage à 6 cœurs fait donc un bien fou à la gamme Core i5 d'Intel, qui avait été dévastée par la tornade Ryzen, le match est tout autre à présent, que c'est bon la concurrence !

Last but not least, pour reprendre une fameuse expression de la langue de Shakespeare, le Core i3-8350K propose des performances du niveau du Core i5-7600K, pour le prix d'un i3-7350K. Etant qui plus est débloqué, les 5 GHz seront à la portée des plus chanceux, de quoi proposer une alternative intéressante dans cette gamme de prix. Le Ryzen 5 1400 est battu dans tous les domaines, il faudra acquérir un 1500X pour reprendre l'ascendant applicatif, par contre, le domaine ludique restera à l'avantage du nouveau-né d'Intel. La concurrence est donc également fortement relancée dans ce créneau tarifaire, même si la proximité à ce niveau avec le Core i5-8400 nous fait préférer ce dernier. Il sera par contre intéressant d'évaluer le niveau de performance du "petit" Core i3-8100, qui devrait constituer de son côté une alternative très intéressante face aux Ryzen 3 cette fois. Pour un tarif qui devrait le situer entre les 2 références concurrentes, il devrait proposer des performances moyennes en léger retrait par rapport à celles du Core i5-6600K. De quoi repositionner positivement Intel dans le ratio performance/prix, qui est prépondérant pour les acquéreurs à ce niveau de gamme !

noctua 40 bequiet 40 topachat intel 40 Logo G.Skill

Nous remercions naturellement nos partenaires pour la mise à disposition des éléments de test.





Les 84 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !