• Indice applicatif

Même si le résultat de chaque test est plus important qu'un indice global, ce dernier permet toutefois d'établir une hiérarchie en un coup d’œil. Commençons par le domaine applicatif, c'est-à-dire tous les tests pratiques hormis les jeux. 35%, c'est le gain moyen apporté par le 8700K par rapport au 7700K avec ce panel qui permet un scaling relativement important, puisque l'on est pas si éloigné que cela des 50% de cœurs supplémentaires. Les fréquences très élevées, même avec de nombreux threads en parallèle, sont la clef de ce succès. De quoi donner un micro avantage de 0,5% sur notre panel au nouveau venu face au Ryzen 7 1800X, ce dernier passant à 4% face au 1700X. Ces 3 là se tiennent donc dans un mouchoir de poche, cela a son importance car le Core i7-8700K devrait être vendu moins cher que le 1800X en boutique une fois la disponibilité conséquente (sauf réajustement de la part d'AMD), mais notablement plus que le 1700X.

 

Le Core i5-8400 propose de son côté des performances applicatives juste au-dessus du 6700K (et donc proches du 7700K), pour un tarif officiel en baisse notable (identique au 7400), de quoi rendre la vie un peu plus difficile au Ryzen 5 1600, 5% devant mais plus cher. Il conserve toutefois l'avantage significatif de coefficients débloqués pour l'overclocking, ce qui n'est pas le cas du 8400. Enfin, le Core i3-8350K propose le niveau de performance du 7600K pour le prix du 7350K, de quoi se positionner agressivement entre les Ryzen 5 1400 et 1500X (une fois le prix en boutique normalisé). Il dispose cette fois de coefficients débloqués et d'une marge conséquente d'overclocking. La série 3 d'AMD étant bien moins chère, elle ne sera pas vraiment inquiétée par le 8350K, elle subira par contre à n'en pas douter la concurrence du "petit" Core i3-8100, qui risque de s'avérer un compétiteur autrement plus coriace que le Core i3-7100, du fait de ses 4 cœurs natifs.

 

 

 

• Indice ludique

Concentrons-nous à présent sur le domaine ludique, qui a son importance vu l'intérêt d'une partie de notre lectorat pour ces activités ! Intel indiquait que le 8700K était son CPU le plus rapide pour le jeu, probablement facilité par la régression des puces haut de gamme ayant adoptées Mesh. Nos mesures corroborent les annonces d'Intel avec un avantage de 3% sur son plus proche concurrent. On précisera toutefois qu'il est toujours placé mais rarement gagnant, du fait de la régression de fréquence au niveau de l'Uncore, ayant un impact négatif sur la latence mémoire dont les jeux sont friands.

 

L'avantage passe à 23% face au meilleur des Ryzen, ce dernier étant même devancé de 6% par le Core i5-8400, efficace également pour cet usage pour un prix bien plus accessible. Quant au 8350K, il égale à nouveau le 7600K et la plupart des Ryzen. A n'en pas douter une bonne affaire pour les joueurs à budget serré, même s'il faut rappeler que le niveau atteint par les puces d'AMD est amplement suffisant pour jouer dans d'excellentes conditions et que la carte graphique sera souvent l'élément limitant bien avant le processeur (pour rappel nous utilisons ici une 1080 Ti).

 

 

 

• Indice GLoBaL

Si l'on s'attarde cette fois sur l'indice global regroupant nos 24 tests pratiques, le classement ne change pas particulièrement. On notera toutefois que l'écart entre Kaby Lake et Coffee Lake se ressert du fait d'écarts bien plus restreints dans le domaine ludique. A contrario, c'est le phénomène inverse face aux Ryzen. Rappelons bien entendu que ce résultat variera largement selon le panel retenu, puisque nous avons arbitrairement retenu le ratio deux tiers / un tiers pour la proportion applications / jeux.

 

 

Passons aux mesures de consommation page suivante.





Les 84 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !