• La raie tracée, pas la même que dans les EHPAD !

Ce titre bénéficie d'un Ray Tracing réflexions. C'est une version incomplète de ce qu'il est possible de faire comme on l'a vu dans les jeux Control et Cyberpunk 2077 par exemple. Étant partenaire d'AMD, on peut penser, à l'instar de ce qui a été fait avec DiRT 5, que les développeurs ont optimisé la prise en charge pour les Radeon, comme cela peut être le cas avec NVIDIA lorsqu'il agit de même avec les développeurs. Sans la moindre partisanerie, c'est quand même le but de tout partenariat, et ce n'est pas faire injure à qui que ce soit de le dire ou le penser. C'est le jeu ma pauvre Lucette ! Visuellement, nous serons attentifs au grain qui pourrait venir d'un filtre de débruitage du BVH à parfaire, comme nous l'avions constaté sur Godfall dans notre test de la 3080 Ti.

 

• Petit château lugubre

C'est parti pour notre comparatif visuel entre rastérisation et Ray Tracing, le reste des options étant le même quelle que soit la carte. La scène se passe dans un hall du château de la grande saucisse Dumitrescu, lugubre à souhait. Sur les deux cartes, le Ray Tracing apporte des reflets plus travaillés, comme dans le renforcement mural en face, ou les multiples sources de lumière représentées par les bougies. D'un point de vue qualitatif, pas de différences de traitement entre les deux architectures sur ce jeu. Match nul entre Ampere et RDNA 2.

 

 

• Des rideaux de l'ancien temps, WTF ?

On continue sur le même secteur, dans le même château, et dans un couloir où la seule source de lumière provient de l'extérieur. Quelle que soit la carte, le Ray Tracing apporte ce réalisme de "contre-jour" absent en rastérisation. Dans ce dernier mode, tout semble trop éclairé et détaillé, c'est moins précis qu'en Ray Tracing, mais c'est si fugace dans ce jeu pourtant contemplatif en dehors des scènes d'action. D'architecture à architecture, il n'y a pas de différence visuelle, second match nul.

 

 

• Petite cour, avec vue sur tombes !

On termine par une prise de vue dans la cour proche de l'église, en extérieur cette fois. Première constatation, peu importe la carte, le mode Ray Tracing éclaircit la scène, au contraire de la rastérisation qui semble appliquer un filtre bleu et une luminosité ambiante plus sombre. Pour le coup, c'est assez troublant parce que, subjectivement, le mode rastérisation semble le plus adapté à l'ambiance de fin de journée, mais aussi le mode RT qui laisse pointer les derniers rayons du soleil. C'est avant tout affaire de goût.

 

Après le côté fixe des images qui permettent quand même d'avoir déjà un bon avis, on continue avec les vidéos comparatives page suivante.

 



Les 21 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !