Nous nous en doutions depuis quelque temps déjà, c’est désormais chose faite : Photoshop intègre maintenant des filtres basés sur des réseaux de neurones, directement issus des travaux de recherches en machine learning des verts. En effet, il est désormais connu que les réseaux de neurones fonctionnent particulièrement bien sur des images, des vidéos ainsi que des sons : l’intégration de tels outils au sein de logiciels professionnels est ainsi loin d’être une surprise.

 

Du fait de ses ressources conséquentes en matière d’équipes de recherches, c’est NVIDIA qui dégaine le premier les hostilités avec bon nombre de filtres accélérés par ses cartes RTX, dont vous pouvez admirer les résultats dans une vidéo promotionnelle :

 

Des modifications qui se rapportent davantage à la customisation de personnages de Mass Effect qu’à la retouche photographique

 

Partant du principe que la retouche de portraits est l’une des utilisations majeures de Photoshop, Adobe a choisi d’intégrer en premier dans son logiciel phare des effets modifiants les visages humains. Sous les entrailles de ces filtres, des réseaux adversariaux, un domaine d’expertise classique de la firme. Dans un premier temps, les verts nous démontrent le temps gagné grâce à une homogénéisation du grain de la peau par IA : pratique, certes, mais déjà vue dans bon nombre d’application mobile (associé à une qualité moindre, il faut bien reconnaître). Cependant, le plus impressionnant reste la seconde démonstration, dans laquelle l’utilisateur peut sélectionner le résultat voulu en modifiants quelque critères simples : l’âge, la position du visage, la direction de l’éclairage ou encore l’émotion de la personne, via de simples sliders et sans patienter outre mesure le temps de rendu. Bluffant !

 

Que ceux qui avaient peur que la technologie remplace l’homme se rassurent : ces algorithmes sont loin de proposer un résultat parfait, en particulier lorsqu’il s’agit de jointure entre l’image modifiée (le visage) et le reste de la photo (typiquement, les vêtements ou l’arrière-plan). Néanmoins, le gain de temps devrait être considérable pour les photographes professionnels et les monteurs dont leur cœur de métier réside dans la retouche. Avis aux amateurs ?


Un poil avant ?

Le plus petit des 1ers Ryzen 5000 sur la 1ère place du podium monothread PassMark ! (MAJ)

Un peu plus tard ...

Et quoi de neuf avec les GPU Xe d'Intel ?

 Le machine learning s'applique très bien au traitement d'image, ce n'est donc pas vraiment une surprise de le voir intégrée dans un des outil de retouche les plus populaires.  

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 3 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !