Dans la famille des Raspberry, nous connaissions le Pi classique qui a fait le succès de la série, le Zéro pour les projets davantage orienté IoT, et la Compute Card pour des liaisons multiples ainsi que les intégrations dans des environnements professionnels dédiés. Mais cela n’est apparemment pas suffisant pour la fondation, qui a levé hier le voile sur un nouveau facteur de forme pour son petit bidule : le clavier.

 

Hasard du calendrier, cette disponibilité est rendue officielle alors que nous vous parlions il y a quelques semaines d’un boitier-clavier rétro copiant le design des micro-ordinateurs des années 80 type Commodore 64. Hé bien, ici, le principe est exactement le même : un Pi nécessitant une alimentation, un écran et des périphériques pour le contrôler, avec le Rasberry Pi 400, vous pouvez ôter ce dernier prérequis.

 

raspberry pi 400

Dessus ? Un clavier. Dedans ? Une framboise !

 

Pour ce qui est des caractéristiques, rien de bien extravagant : la bête est basée sur un Pi de 4ème génération avec 4 Go de RAM, un CPU ARM BCM2711 à base de Cortex-A72 sans Minus @ 1,8 GHz (soit 300 MHz d’overclock par rapport au Pi standard), la dent bleue 5.0 et le WiFi AC. Pour les connectiques, outre le GPIO qui a fait le succès de la série, nous retrouvons deux ports USB 3.0, deux USB 2.0, un port réseau Gigabit et deux ports microHDMI pour l’affichage — sans compter le microSD pour la mémoire. De quoi lui assurer un succès similaire à son aîné ? Pour un billet d’entrée de 70 $, cela n’est pas garanti, même si le clavier chiclet s’avère de bonne facture et disponible dans toutes les variantes locales européennes.

 

 

 Un ordinateur-clavier aux performances réduites : le retour de la Commodore 64 ? 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 18 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !