Si vous pensiez que les paillettes de la conférence Intel VisiON étaient déjà passées, alors vous vous fourvoyez royalement ! En effet, après avoir causé de processeurs pour les stations de travail transportables et de leurs versions pour serveurs, voilà que le sujet des GPU est mis sur la table. L’heure de gloire pour Xe, qui arrive pour la première fois dans une version « haute performance » (entre guillemets, car il n’est question « que » d’une enveloppe thermique de 150 W pour le plus gros modèle).

 

intel vision 2022

 

Ce premier GPU pour datacenters d’Intel se nomme Arctic Sound, (plus précisément Arctic Sound-M ou ATS-M) et — conférence obligeante —, la firme est très fière de prendre la pose avec un modèle de démonstration ! Sous le capot, nous retrouvons en fait deux configurations différentes : une version pour des performances maximales, l’autre pour une densité maximale. Voyons cela d’un peu plus près.

 

Le premier GPU Intel pour datacenter ! [cliquer pour agrandir]

 

Dédiés au transcodage — qui a décidément le vent en poupe ces derniers temps —, le bousin dense supporte le traitement de pas moins de 30 flux vidéo en simultanés (AVC, HEVC, AV1, VP9), tout en offrant au passage 150 TOPS pour l’IA, puisque cela est en vogue ces derniers temps. Pour les utiliser, direction OneAPI : rien de bien nouveau sous le soleil de ce côté-là. Néanmoins, ce n’est clairement pas avec ces bousins que vous ferez tourner Crysis en 8K : avec 32 coeurs - les remplaçantes des EU sur les versions HPC/HPG, soit 512 unités vectorielles (il s'agit en interne du die ACM-G10) - Xe pour la version « performance » (150 W de TDP) et deux puces de 16 EUs (des ACM-G11, cette fois-ci) pour la version « haute densité » (75 W de TDP), ces deux cartes intègrent vraisemblablement des dies Xe HPG, bientôt à venir sur le marché grand public ; visiblement peu clockées pour arriver à de tels dégagements thermiques. De quoi nous faire patienter en attendant DG2, qui se fait toujours désespérément absent — bien que certaines machines, bien cachées, présentaient déjà quelques démonstrations de calculs et optimisations diverses dans les obscurs recoins de l’Intel VisiON.

 

Attention, Arctic Sound n'a rien d'une carte son ! [cliquer pour agrandir]

 

De plus — un fait souligné par Raja Koduri —, Intel est certes une boite qui capitalise sur le hardware, mais qui est consciente que le software qui l’accompagne est tout aussi complexe — si ce n’est plus. Ainsi, les bleus ont bossé sur leur écosystème OneAPI de telle sorte à ce qu’un unique code puisse tourner sans modification sur les GPU comme les CPU de la firme : un argument de taille, notamment face au concurrent NVIDIA et son CUDA à l’API bien plus fermée.

Au niveau des applications, une démonstration nous montrait la possibilité de streamer des jeux mobiles à partir de 5 terminaux différents sur la carte : l’idée est donc principalement de déporter simultanément plusieurs applications assez légères sur le bousin (typiquement du bureau à distance), notamment pour le jeu sur smartphone, au sein de gros serveurs intégrant plusieurs de ces cartes.

 

intel arctic sound side t [cliquer pour agrandir]

intel arctic sound side t [cliquer pour agrandir]intel arctic sound bottom t [cliquer pour agrandir]

En voilà un bel exemplaire !

 

Au niveau de la date de disponibilité, les bleus communiquent sur le troisième trimestre 2022, ce qui laisse jusqu’à septembre pour voir la belle débarquer sur serveur. De quoi laisser assez d’eau couler sous les ponts pour trouver un prix de revente compétitif et de consolider les stocks ; d'autant plus qu'Intel a annoncé que pas moins de 15 designs seront disponibles de la part des partenaires pour intégrer cet Arctic Sound dans les datacenters. Et pour Xe sauce haute performance, alors ?

 


Un poil avant ?

Le FSR 2.0 arrive demain !

Un peu plus tard ...

Intel Arc : une introduction étalée, modeste, orientée OEM et Chine

Yapa de ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !