Si, pour beaucoup, une carte graphique ou une carte mère se limite à l’intégration d’une puce ou d’un socket sur un PCB par un fabriquant tel qu’ASUS, GIGABYTE, ASRock ou encore MSI, l’opération est loin d’être aussi simple. En effet, l’électronique numérique moderne, tout aussi perfectionnée qu’elle soit, a toujours besoin de composants plus classiques, par exemple les MOSFET, connus pour leur utilisation au sein des VRM — mais aussi bien d’autres joyeusetés.

 

Or, les grands noms de ce secteur sont méconnus du grand public, si bien que la firme ON semiconductor, issue en 1999 d’une scission de Motorola, ne vous dira peut-être rien, alors que nous y avons couramment à faire dans les analyses électroniques de nos cartes. Inutile pour autant de tenter de le caser dans votre tête : la firme vient d’annoncer son renommage : désormais, ce sera onsemi.

 

onsemi

 

Derrière ce choix, la volonté de se démarquer comme pilier au niveau des capteurs et des modules de puissance intelligents, notamment en prenant le virage de l’automobile connectée. Ses autres domaines de compétence incluent également l’automatisation de l’industrie ou encore les énergies alternatives et la sécurité avancée — de quoi ratisser large ! Enfin, la firme tente de jouer la carte de l’écologie avec une empreinte carbone neutre prévue d’ici 2040, tout en appuyant son business sur les possibilités de résolution de problèmes liés au réchauffement climatique. Marketing, quand tu nous tiens...


Un poil avant ?

Le retour des pads tueurs de RTX sur les 3090, 3080 et 3080 Ti ?

Un peu plus tard ...

PowerColor a une superbe mauvaise solution pour les soucis de pads thermiques...

Yapa de ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !