L'organisation SEMI, représentant l'industrie mondiale du semiconducteur, des concepteurs de puces aux fournisseurs d'équipement de production, a partagé son rapport annuel WWSEMS (Worldwide Semiconductor Equipement Market Statisics), faisant le point sur la situation. Une publication d'autant plus pertinente considérant les "particularités" actuelles. Les chiffres ci-dessous comprennent les achats d'équipements comme les machines lithographiques DUV et EUV, des outils qui deviennent justement de plus en plus cher au fil des années, tandis que le monde n'a jamais autant mangé de semiconducteurs. 

 

Au rang des changements, la Chine a pris la tête du classement — une charge menée par SMIC — pour la toute première fois grâce aux 18,72 milliards de dollars dépensés en moyen de production en 2020, soit 39 % de plus que l'année précédente. Un chiffre qui avait ainsi relégué TSMC Taiwan en deuxième position, qui de son côté a stagné dans son expansion, suivant toutefois une grosse croissance en 2019. Une stagnation qui pourrait néanmoins potentiellement se payer cher à l'avenir, puisque pendant ce temps-là, la Corée n'a pas chômé et ses fondeurs — Samsung et SK Hynix en tête — se sont massivement équipés pour rattraper leur retard !

Le Japon, autrefois le vrai géant du semiconducteur, n'a pas trop été en reste et ses acteurs locaux se sont également délestés de plus de dollars que l'année précédente — sans doute sortis principalement des poches de Kioxia et Western Digital qui y fabriquent leur NAND. L'Amérique du Nord, pourtant au cœur de la conception du semiconducteur, est la seule région à avoir lâché du leste, mais c'est une donne qui devrait bientôt changer. Enfin, les fabs européennes (GloFo, Infineon, STM, Intel...) avaient bénéficié de seulement 2,64 milliards en nouveaux équipements, ce qui représentait tout de même une croissance de 16 % par rapport à 2019. 

 

Qui a claqué le plus de milliards de dollars et combien en plus par rapport à 2019 ?
Région20202019Changement
Chine 18,72 13,45 +39 %
Taiwan 17,15 17,12 +0,2 %
Corée du Sud 16,08 9,97 +61 %
Japon 7,58 6,27 +21 %
Amérique du Nord 6,53 8,15 -20 %
Europe 2,64 2,28 +16 %
Reste du monde 2,48 2,52 -1 %
Total 71,19 59,75 +19 %

 

Il sera évidemment très intéressant d'observer les chiffres de 2021 l'année prochaine, tant les choses sont parties pour évoluer assez radicalement. Les besoins en semiconducteurs n'ont jamais été aussi forts et devraient le rester pour les années à venir, alors que les capacités de production sont jugées insuffisantes et que les technologies tendent à stagner, ce qui pousse désormais fondeurs et blocs géopolitiques vers une concurrence de plus en plus intense dans leur classe respective. Pour les premiers, très particulièrement Samsung et TSMC, il s'agit avant tout de lutter pour rester à la pointe des technologies et s'assurer d'avoir les moyens suffisants pour suivre la demande. Pour les seconds, le nouveau statut du semiconducteur et son caractère crucial a avant tout éveillé une volonté de retrouver une certaine indépendance et souveraineté en la matière, pour diverses raisons. Mais d'un côté comme de l'autre, cela se traduira inévitablement par des averses de dollars, d'euros et de yuans ! 

 

the mask cashier

 

Allons-y pour quelques exemples. D'abord, le projet européen et sa nouvelle boussole numérique, dont l'une des ambitions est de rétablir une production de pointe et durable en Europe, avec une enveloppe estimée à 135 milliards d'euros ; Intel a annoncé un budget de 20 milliards pour deux nouvelles usines, mais il s'agira aussi d'équiper sa fab européenne en Irlande pour le 7 nm ; TSMC a proposé d'aligner 100 milliards de dollars les 3 prochaines années pour renforcer ses usines et sa R&D, une enveloppe qui inclut en principe la construction de l'usine en Arizona, USA ; chez SK Hynix, 106,35 milliards de dollars vont être dédiés à un nouveau complexe d'usines gigantesque, pour une capacité de 800 000 wafers par mois d'ici 2025 ; son compatriote Samsung a dévoilé son Project Silicon Silver, un plan de 17 milliards pour une usine sur le territoire américain ; le fondeur chinois SMIC a récemment également partagé ses grands projets d'expansion ; on termine avec l'Inde, qui songe elle aussi à développer son industrie locale du semiconducteur avec des subventions allant jusqu'à 1 milliard. Voilà, ça, c'est fait !


Un poil avant ?

Adieu stockage, voilà que se dessine le minage sur SSD et disque dur...

Un peu plus tard ...

Un second moniteur HDR2000 et 49 gros doigts de la main (MAJ)

Les 10 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !