Alors que l’espoir renaissait pour Thunderbird, le client mail développé par Mozilla, voilà qu’une bien triste nouvelle tombait en début de semaine dernière : la fondation a licencié un quart de ses employés. Désormais, la maison-mère de Firefox devra continuer le développement de ses activités avec environ 750 personnes, un chiffre tout de même respectable... en apparence tout du moins.

 

En effet, parmi les employés limogés se trouve une bonne partie de l’équipe de développement de Firefox, notamment certains spécialistes des parties critiques du point de vue des performances, des spécialités de l’équipe Servo (un futur navigateur bénéficiant des avancées du langage de programmation maison, Rust) ainsi que les rédacteurs de la documentation MDN. Difficile dans ces conditions de ne pas y voir la mort annoncée du navigateur, qui peinait déjà à convaincre face au mastodonte Chrome.

 

Au niveau des justifications de cette vague de remerciements (la seconde de l’année...), citons bien évidemment la crise du COVID, qui a freiné les ardeurs de bien des investisseurs, mais cela n’aurait pas eu autant de retentissement sans la décroissance lente des utilisateurs du navigateur, et le cuisant échec du Firefox OS pour les téléphones. Désormais, la firme souhaite se recentrer sur ses activités côté VPN avec Pocket, dont l’intégration toujours plus poussée dans Firefox n’a pas fait que des heureux, ainsi que d’autres produits orientés sécurité et vie privée. Reste à voir comment s’en sortiront les autres projets dans tout cela...

 

mozilla logo 2016

 Dans les individus remerciés se trouvent des développeurs clefs du navigateur, rendant la nouvelle d'autant plus attristante. 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 34 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !