Dans un coup de poker, IBM va sous peu faire l'acquisition de Red Hat dans la troisième plus grande transaction du genre aux US. En effet, le rachat se chiffrera aux environs de 34 milliards de dollars prenant la forme d'un rachat immédiat de toutes les actions émises par l'entreprise à raison de 190 biftons des USA l'une ; sachant que leur cour les indexe actuellement à un peu moins de 117$.

 

Mais quelle mouche a piqué le mastodonte IBM pour s'impliquer à ce point dans le libre ? Red Hat représente le deuxième contributeur au noyau Linux (Intel trustant historiquement la place de premier), c'est dire le poids du schmilblick. La réponse est, en fait, simple. Red Hat proposant des solutions logicielles et assistances pour les professionnels principalement, il est en somme assez logique qu'il se fasse happer par un acteur historique du secteur. L'effet est d'autant plus renforcé par la croissance soutenue de l'entreprise, dont les revenus ont augmenté de 21% entre 2017 et 2018.

 

Après l'union Github-Microsoft (qui n'a officiellement eu aucune influence sur ce rachat-là), voilà une autre fusion venant renforcer les acteurs déjà bien implantés dans le domaine de l'informatique. Red Hat devra ainsi s'intégrer au sein du service IBM Hybrid Cloud, bien qu'il soit hors de question que son champ d'action se restreigne aux produits d'IBM uniquement ; comprendre qu'Amazon, Microsoft ou encore Google pourront sans soucis se servir dans la logithèque du chapeau rouge pour un bon moment. Qui seront les prochains à se racheter ? Les paris sont ouverts ! (Source : CNBC)

 

ibm

 Le qui-bouffe-qui ne se joue pas qu'entre gens du hardware, IBM la bien compris et lorgne sur une société bien connu de la communauté Open Source: Rehat. 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 10 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !