• premier contact

CORSAIR M55 RGB PRO
Dimensions 124,4 x 57,25 x 40 mm
Poids 86 g
Boutons 7 + DPI
Capteur

Optique PAW332

200 - 12 400 DPI

LED

RGB sous la paume

Logiciel iCUE
Tarif 49€99
Garantie

2 ans

Lorsque l'on parle de souris RGB, nous imaginons la plupart du temps un engin à la jacky-tuning au goût parfois douteux et aux angles acérés. Avec la M55 RGB PRO, Corsair surprend en proposant à peu près tout l'inverse. La souris est discrète, légère du fait de ses 83g et finalement peu lumineuse. Cela s'explique facilement par le côté ambidextre totalement assumé - deux boutons de chaque côté, c'est chose rare chez les gamers - et un choix artistique tout en courbe. Dans la main, cela se traduit par une douceur bienvenue pour les tâches de longue durée, aussi bien pour des séances de jeu que de remplissage de tableau au bureau. La courbure est idéale pour se caler dans la paume, et le plastique employé, de bonne facture, respire la solidité. Niveau précision, nous n'avons jamais eu quoi que ce soit à redire au capteur PAW332. Les 12 400 DPI sont bien au-delà de nos capacités qu'il s'agisse de jeu ou de retouche photo par exemple, et les supports utilisés (table en bois, feuille de papier et tapis de souris) n'ont pas causé de soucis de détection ou même de glisse. Au vu du prix, nous n'en attendions cependant pas moins.

 

Corsair M55 RGB PRO : le haut [cliquer pour agrandir]

 

La conception ambidextre est par contre à double tranchant : si les gauchers adorent avoir un modèle de plus possédant deux boutons accessibles à leur pouce, cela signifie par contre que les deux autres sont nettement moins accessibles - que vous soyez droitier ou gaucher. En effet, le bouton le plus éloigné tombe sur la deuxième phalange de l'annulaire, ce qui reste encore activable modulo un temps d'adaptation ; mais le premier est totalement hors de portée. De plus, la tranche extérieure semble plus anguleuse qu'un modèle ergonomique droitier du fait des boutons, sans pour autant que cela soit réellement inconfortable à l'utilisation. Pour finir, l'affectation des touches suivant/précédent est, par défaut, sur celle des droitiers : logique. Il est possible de l'inverser en un bouton dans le logiciel dédié ou via le maintien 5 secondes des boutons latéraux correspondant à votre côté fétiche.

 

Corsair M55 RGB PRO : le bas [cliquer pour agrandir]

 

La conception générale est très bonne : le plastique est de bonne facture, dense et doux à la fois, et la forme vient pile se caler dans le creux de la main sans "casser" le poignet : un vrai régal à l'utilisation. Le grip latéral est lui aussi efficace même si la texture en triangles peut déstabiliser au premier abord.

 

Corsair M55 RGB PRO : le devant [cliquer pour agrandir]Corsair M55 RGB PRO : le derrière [cliquer pour agrandir]

 

Pour ce qui est des clics, le feeling est très bon et le bruit clairement audible, les switchs Omron étant donnés pour 50 millions de clicks : de quoi sérieusement farmer Clicker Heros. Les boutons latéraux inspirent un peu moins confiance du fait d'un jeu plus important et une sonorité moins noble, cependant l'économie est compréhensible de fait d'une utilisation moins courante que les deux clics principaux.

 

Corsair M55 RGB PRO : le profil gauche [cliquer pour agrandir]Corsair M55 RGB PRO : le profil droit [cliquer pour agrandir]

Promis, il s'agit de deux photos différentes !


• Le RGB : un léger goût de trop peu

Si ce modèle pèche quelque part, c'est sur son rétroéclairage... timide. Si le témoin des DPI, configurable, est bien visible et ne dénote pas sur l'ensemble, la seule autre source de lumière provient du logo dorsal. Pour frimer devant vos amis ou pour des shootings photos (ou des heures de contemplations de votre station de bataille), cela fonctionne à la perfection, mais dès que votre main se pose sur le rongeur, noir total ! On aurait apprécié une aura via des bandes latérales ou frontales, nous repasserons.

 

Corsair M55 RGB PRO : le dessus en couleurs [cliquer pour agrandir]

L'intensité est satisfaisante, mais ça n'est qu'un logo...

 

L'avis d'un gaucher

Pour ce test, nous nous sommes aperçus que quelques gauchers utilisaient leur main droite du fait du confort apporté par les souris profilées... pour droitiers. Bien évidemment, nous nous sommes basés sur un pur gaucher pour ce qui est l'ergonomie de ce mulot une fois utilisée en miroir ! Il en ressort une impression très positive, presque trop en fait. Que ce soit pour le mode gaucher qui inverse également les clics (en plus des boutons latéraux suivant-précédent) ou du placement symétrique parfait desdits boutons latéraux, les gauchers se sont tellement adaptés au mode droitier que leur utilisation n'est pas un réflexe. Leur placement demeure néanmoins idéal une fois le temps d'adaptation passé.

 

Comme beaucoup de modèles de son genre, le câble USB 2.0 d'une longueur d'un mètre quatre-vingt est serti d'une gaine en fibre noire tressée. Durant notre mois de test, nous n'avons décelé aucune usure prématurée ni de points durs aux endroits des pliures : un bon point pour la longévité.
Pour rester sur le câble, l'extrémité est légèrement plus volumineuse que les connecteurs mâles fins classiques. Pour nous, cela n'a pas posé de problème, mais cela peut obstruer un port avoisinant - surtout si vous cherchez à insérer une clef USB encombrante.


Les 5 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !