• Fouille intégrale de la carte

Regardons de plus près ce que nous réserve GIGABYTE sur sa nouvelle carte mère :

 

gigabyte z590i vision d - vue de face [cliquer pour agrandir]gigabyte z590i vision d - vue de dos [cliquer pour agrandir]

GIGABYTE arrive parfaitement à déporter le concept Vision D au format mini-ITX : c'est clairement plaisant à voir.

 

GIGABYTE sort un concept travaillé finement pour sa nouvelle Z590I Vision D, avec une finition propre et détaillée, mêlant une peinture blanche brillante avec des incrustations en aluminium poli, donnant un côté très luxuo-bitch à la carte. Bien que le RGB soit aux abonnés absents, cela ne sera aucunement un problème, puisque l'utilisation de ventilateurs lumineux se reflètera parfaitement sur les radiateurs. Mini-ITX oblige, les ports sont limités, avec 2 ports DDR4, 1 port PCIe 4.0 x16, un port M.2 PCIe 4.0 x4 - inutilisable si vous n'utilisez pas de CPU Rocket Lake - et un port M.2 PCIe 3.0 x4 au dos. Si jamais vous cherchez à obtenir plus de périphériques, sachez que la carte comporte 2 ports Thunderbolt 4, pouvant apporter au total 4 lignes PCIe 3.0 supplémentaires.

  

gigabyte z590i vision d - vue détaillée du pcb : face avant [cliquer pour agrandir]gigabyte z590i vision d - vue détaillée du pcb : face arrière [cliquer pour agrandir]

Notre petite analyse rituelle du PCB avant, la carte n'exploitant que très peu la face arrière, ainsi que la vue éclatée de la carte.

 

Après démontage de la belle, nous pouvons voir que GIGABYTE fournit une électronique complète sous le capot, permettant de profiter au maximum des connecteurs sensibles via des puces dédiées et laissant les moins importants au chipset, comme les ports SATA. L'agencement est bien pensé et la double face est correctement utilisée, ce qui est obligatoire au format mini-ITX si l'on veut pouvoir tout caser. À noter, le Thunderbolt prend une certaine place, puisqu'en plus de sa puce de gestion, il dispose d'un circuit d'alimentation lui permettant de délivrer jusqu'à 60 voire 100 W en théorie, mais le fabricant ne spécifie pas quelle variante de la norme est utilisée.

 

gigabyte z590i vision d uc alimgigabyte z590i vision d - zoom sur les VRM [cliquer pour agrandir]

GIGABYTE fait dans l'utilisation de VRM haut de gamme, permettant à la carte de tenir face à des CPU musclés.

 

L'alimentation n'est pas en reste malgré la petite taille, avec 8 phases pures pour le CPU et une phase pour le SoC, le tout piloté par le contrôleur ISL69269 de chez Renesas et assuré par des MOSFET ISL99390 du même fabricant. Chaque unité peut tenir en théorie 90 A, mais les selfs ne sont pas aussi solides, elles seront surement limitées à 60 A, voire 45 A vue leur taille. Toutefois, cela restera suffisant, et nous pouvons déjà être sûr qu'un gros CPU pourra tenir la cadence sans soucis, à condition de ne pas trop relâcher la bride sur les limitations de puissance.

 

gigabyte z590i vision d - circuit audio [cliquer pour agrandir]

Le circuit audio est basique, mais la dernière puce de chez Realtek semble plus évoluée que la traditionnelle ALC1220.

 

GIGABYTE change de modèle de puce sur ses cartes Z590 et utilise la nouvelle ALC4080 de chez Realtek, qui semble prometteuse sur le papier. Il faut dire que les ALC12X0 commencent à dater, et elles souffrent de quelques défauts comme une gestion logicielle archaïque, un support moyen des technologies Dolby Digital ainsi que des DAC et amplificateurs de sortie de piètre qualité. Nous allons donc pouvoir juger cette petite nouvelle, d'autant plus qu'ici GIGABYTE fait le choix de la laisser seule avec très peu de composants, tout en la déportant du PCB, ce qui devrait limiter les bruits électriques issus du reste du circuit.

 

gigabyte z590i vision d - gestion du Thunderbolt 4 [cliquer pour agrandir]gigabyte z590i vision d - alimentation du Thunderbolt 4 [cliquer pour agrandir]

z590i vision d backplate

La connectique USB est légère sur la plaque arrière, mais en interne le nombre de ports est largement plus que suffisant.

 

Penchons-nous sur la connectique pour finir cette analyse. La façade arrière est particulière pour du mini-ITX avec 4 ports USB 3.2 Gen 1, 2 port USB 3.2 Gen 2 en Type-A, et petite nouveauté, 2 ports Thunderbolt 4 contrôlés par la puce JHL8540 de chez Intel. Du coup, le port DisplayPort que vous voyez n'est pas une sortie, mais une entrée pour ramener le signal de la carte graphique, ce qui permet de faire des daisy chain depuis les ports Thunderbolt 4, qui peuvent servir de port Displayport 1.4. Un choix qui conviendra principalement aux créateurs, surtout ceux habitués à l'écossytème de la pomme, pour qui les écrans connectés en USB-C ne sont pas une nouveauté.

 

Si nous retrouvons des connectiques intéressantes en interne, comme le connecteur USB 3.2 Gen2 Type-C et ceux, désormais classique, dédiés aux branchements aRGB. Par contre, vous n'aurez pas de connecteur audio pour y brancher les prises en façade de votre boitier. D'ailleurs, la carte n'embarque pas du tout de RGB intégré, il faudra donc composer avec des éléments extérieurs, mais la finition blanc mat et les liserés métallisés sont largement assez glamours pour ne pas avoir recours aux loupiotes.



Les 2 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !