La semaine dernière, nous vous parlons d'une grande conférence virtuelle organisée par le président des USA, Joe Biden, afin de se pencher sur le problème de la production de semiconducteurs, comme s'il s'agissait d'un conseil de guerre. Il faut dire que cette pénurie a une incidence forte sur l'économie de nombreuses industries, comme l'informatique ou les télécommunications, mais aussi l'automobile ou l'aéronautique. Ce lundi 12 avril donc, plusieurs représentants de grands groupes, qu'ils soient producteurs (GlobalFoundries, Intel, Micron), clients (General Motors, Ford, Alphabet) et même des entreprises qui ne sont pas américaines (TSMC, NXP), et tant d'autres. Bref, tout le gratin de l'industrie était réuni, avec en face plusieurs membres de l'administration Biden.

 

Alors qu'est-ce qu'il s'est dit durant cette conférence privée ? Pas vraiment de grande surprise à ce qui était déjà attendu, autrement dit la volonté du nouveau patron de la Maison-Blanche à faire revenir l'industrie américaine des semiconducteurs au premier plan sur la globalité de la chaine, afin de rétablir une infrastructure complète : R&D, production, packaging, une industrie qui se suffit à elle-même et qui doit servir de lead pour le reste de la planète. Conscient que la simple injection d'argent public - comme le CHIPS et son enveloppe de 50 milliards de dollars - ou privé - Intel avec 20 milliards de dollars et SK Hynix qui cumule 100 milliards de dollars - ne suffira pas, l'administration actuelle voudrait qu'un écosystème complet se mette en place. 

 

Il s'agit donc de prendre des mesures pour le court terme, afin de régler le souci de production actuel, mais aussi de mieux anticiper et préparer les pénuries possibles dans le futur. Une coopération et consolidation de l'infrastructure globale est donc à prévoir, que ce soit par le biais des sociétés américaines de souche ou par des investissements provenant des alliés. La mise en place d'un plan sur le long terme est souvent moins évidente, et demande une coopération exemplaire de la part des acteurs, toutefois le gouvernement actuel semble prendre très au sérieux cette industrie.

 

Bien entendu, quelques arguments à base de "oui, il s'agit d'un problème de sécurité nationale" ou de "America first" permettent de rallier certains sceptiques. Il ne reste plus qu'à voir si ce genre d'impulsion va faire écho vers d'autres puissances économiques comme l'Europe ou l'Inde, ou si un retour à un monde bipolaire est à préparer, pour l'instant notre bouliche magique reste bien opaque. (source : Maison-Blanche)

 

les USA au secours de l'électronique, par le Comptoir [cliquer pour agrandir]


Un poil avant ?

Cezanne peint bien, mais Cezanne est lancé !

Un peu plus tard ...

NVIDIA apporte le support du DLSS sur Unity d'ici la fin de l'année

 Après une conférence virtuelle mêlant Maison-Blanche et représentants de grands groupes, l'objectif est clair : reprendre le lead... 

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 3 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !