• Fouille intégrale de la carte

Comme d'habitude, passage à la fouille intégrale pour commencer l'inspection avant de faire rougir et chanter cette carte mère : 

 asus prime z390-a - vue de face [cliquer pour agrandir]asus prime z390-a - vue de dos [cliquer pour agrandir]

Le PCB peu chargé et ne respire pas la meilleure des qualité en terme de composants

 

Comme nous pouvons le voir, on a un PCB noir pauvre en composants, laissant certes de l'espace mais donne la sensation d'une carte fabriquée au rabais. La carte est cela dit bien fournie côté refroidissement pour la gamme avec des radiateurs d'aluminium bruts peu épais mais qui englobent tous les composants. Nous avons 4 slots pour 4 barrettes DDR4, question ports 1 PCIe x16 3.0, 1 PCIe x8 3.0 (partagé avec le x16), un PCIe x4 3.0 (partagé avec un emplacement M.2) et 3 ports PCIe x1 3.0. Cela ne change pas du chipset Z370, les différences se faisant uniquement sur les ports USB et la présence d'un port M.2 supplémentaire.

 

asus prime z390-a - vrm [cliquer pour agrandir]

Pour cette carte ASUS, ce sera régime sévère sur le nombre de phases et de composants de filtrage

 

Rappelant la carte ROG Z390 Maximus Hero XI, nous avons ici seulement 4 phases avec un couple de VRMs sur chaque. Certes ce n'est pas le fleuron de la gamme et si nous avons tout de même le droit ici à des puces de bonne manufacture venant de chez Vishay avec notamment le fameux contrôleur TPU propre à ASUS, les composants passifs en faible nombre et de taille minuscule n'aide pas à avoir confiance envers les capacités thermiques des étages d’alimentation du CPU. Suffisante sur le papier, la taille des composants passifs correspond bien à une carte d'entrée de gamme qui sont adaptés uniquement à une utilisation classique avec des processeurs de moyennes gamme i5 ou i7, soit une majorité de la population gaming. Mais la qualité du courant et de la tension en entrée du CPU risque d'en pâlir et de créer des surchauffes possibles avec des variations parasites de l'alimentation lorsque l'on tire un peu sur la bête.

 

asus prime z390-a - système audio [cliquer pour agrandir]

Un système audio léger qui ne fait pas beaucoup rêver

 

Côté audio, pas de puce au nom hasardeux cette fois, ASUS ne se cache pas d'utiliser une unité de traitement audio Realtek ACL1220 sans l'aider à côté. Les composants audio pouvant faire grimper le prix rapidement le fabricant a préféré ne pas faire d'abus : pas d'amplificateur séparé, pas de DAC dédié ou de condensateur de haute qualité. Le circuit est minimaliste et entièrement intégré, un risque pour le bruit de fond mais surtout pour la diaphonie stéréo (la séparation entre les pistes gauche et droite). Cette partie est néanmoins bien séparée du reste de la carte, ce qui devrait réduire les parasites sur le signal.

 

asus prime z390 a backpanel

Cette carte dispose tout de même d'une connectique complète

 

Pour terminer notre fouille en profondeur, on va parler connectique. La façade arrière est bien équipée sans pour autant abuser sur le nombre de ports. Nous avons 2 ports USB 2.0, 2 ports USB 3.1, 3 ports USB 3.1 Gen 2 Type-A et un port USB 3.1 Gen 2 Type-C. Petite remarque, le port PS/2 pour une carte de 2018 fait limite tâche quand même...

La connectique interne est chargée, la liste est vaste et longue, mais nous remarquons la présence d'un connecteur pour port USB 3.1 Gen2 Type-C et des branchements aRGB, la carte est peu lumineuse, mais les LEDs ont un rendu sympathique avec le carénage blanc - qui lui l'est moins avec son plastique un peu cheap. Dernier point, nous n'avons que 2 ports M.2 dédiés au stockage, ce qui est logique pour une carte ATX standard en Z390.



Les 13 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !