• Verdict

BoxNous voici au bout de ce dossier et il faut bien reconnaître qu'Intel a fait du bon travail avec ses nouveaux processeurs. Si l'architecture n'évolue pas depuis 3 ans, elle reste pour l'heure la plus performante dans l'univers x86. Zen 2 changera-t-il la donne ? L'avenir nous le dira mais pas avant le printemps 2019 à priori. Pour autant, architecture conservée ne signifie pas absence de progrès. On pourra noter par exemple la correction hardware de 2 failles qui empoisonne la vie d'Intel depuis quelque temps. Le retour d'une interface thermique soudée entre l'IHS et le die est également une bonne nouvelle et donnera un peu de marge côté température pour overclocker, ce qui n'était plus le cas depuis un bon moment. Toujours dans le même ordre des petites corrections, l’épaisseur du substrat supportant le die devrait éviter les mauvaises surprises avec des refroidisseurs très massifs. Enfin, si la finesse de gravure n'évolue pas, le procédé de fabrication 14 nm ne reste pas figé pour autant : les fréquences progressent, tout comme le nombre de cœurs, pour autant l'enveloppe thermique reste stable. On pourra aussi noter l'évolution du packaging pour la version i9, une attention louable vu le prix de la bête, mais ne justifie pas un tel tarif. Car Intel n'en a pas tout à fait fini avec ses travers, en particulier la segmentation. La dénomination en Core i9 du 9900K en est une preuve éloquente et apporte de la complexité à une gamme déjà fort peu compréhensible pour le profane. Cela permet surtout de justifier une augmentation tarifaire importante par rapport à la génération précédente, puisque l'on passe de 359$ pour un Core i7-8700K à son lancement, à 488$ pour le Core i9-9900K, soit +36%. Intel s'était contenté de 6% (20$) lors du passage 7700K => 8700K. Pire, ce choix entraîne des augmentations en cascade, puisque le Core i7-9700K se retrouve dans la situation du Core i5-8600K (même nombre de cœurs que le flagship mais sans HT et fréquences en berne) qui était facturé 257$, alors qu'il faudra en débourser 374 pour le nouveau venu (+45% !). Il en est de même pour le placement du Core i5-9600K en comparaison du Core i3-8350K (2 cœurs de moins sans HT) 262$ vs 168$.

 

z390 mini

 

Z390 = Véritable Z370

Si on s'intéresse à présent à la plateforme, les cartes mères utilisant les chipset série 300 déjà lancés sont compatibles, encore heureux vu la mauvaise surprise de l'an passé pour les acquéreurs de Z170 ou pire Z270 ! Ce dernier avait d'ailleurs été rebadgé Z370 ce qui ajoutait à la frustration des précédents acquéreurs. Cette année nous avons le droit à une véritable nouveauté. Certains pourront trouver les évolutions légères, mais vu les normes actuelles, il était difficile de faire beaucoup plus. Toujours est-il que vous aurez le droit encore à une variété apparemment sans fin de cartes mères utilisant ce nouveau PCH. De quoi satisfaire tous les goûts et bourses. Par contre, il est plus que dommageable que les différents fabricants généralisent l'overclocking automatique. Cela a commencé par la synchronisation de tous les cœurs sur le coefficient maximal, puis de petits overclocking du Base Clock, l’affranchissement du TDP et depuis l'an dernier, les fréquences du cache L3 / Ring connaissent aussi une inflation automatique, en toute discrétion. Alors, on peut très bien considérer que comme cela apporte des performances à l'utilisateur, c'est positif. Soit, mais pourquoi tout ceci se fait généralement à l'insu dudit utilisateur ? Il y a suffisamment d'options d'overclocking simplifié pour laisser le choix et surtout permettre, en toute simplicité, de respecter les spécifications du concepteur du CPU. Malheureusement, la volonté d’apparaître en tête des graphiques de performances, est bien trop tentante, et fait tâche d'huile, puisque personne ne veut prendre le risque d'être derrière. C'est d'autant plus malvenu, que depuis belle lurette, il n'existe plus de différence de performance entre cartes mères à réglages identiques, par contre ces overclockings s'accompagnent d'une hausse plus ou moins sensible des tensions de fonctionnement, entraînant une inflation des consommations et températures, pouvant réduire la durée de vie des composants.

 

fail

L'overclocking automatique, c'est la classe ! 

 

En résumé, le lancement de cette nouvelle génération Core pour plateforme Mainstream Desktop, ne comblera pas forcément les amateurs de nouvelles technologies et architectures. Pour autant, cela ne veut pas dire du tout que ces nouveaux processeurs sont dénués de qualité, bien au contraire ! Le nouveau die conçu à cet effet fait preuve d'une efficacité remarquable, puisqu'il s'avère significativement plus rapide que celui de la gamme concurrente et se permet même de taquiner par moment celui des plateformes HEDT dans certaines applications, tout en consommant largement moins. C'est d'autant plus remarquable que l'on reste sur un process de fabrication 14 nm, même si ce dernier a bien évolué depuis son lancement avec Broadwell. Alors bien-sûr, on pourra toujours trouver à redire, en particulier vis-à-vis de l'overclocking, qui entraîne une hausse spectaculaire des consommation et température, rendant son usage difficile sans un refroidisseur très (très) efficace. Il n'empêche qu'à ses caractéristiques de base, il reste une sacrée réussite vu le process utilisé. 

Intéressons plus spécifiquement au cas du Core i9-9900K à présent. Nous ne reviendrons pas sur le tour de passe-passe marketing que nous avons décrit précédemment et qui a permis une augmentation significative du tarif de la gamme, via décalage de cette dernière. Avec un prix officiel de 488$, il se retrouve 48% plus cher qu'un R7-2700X, qu'il devance d'une vingtaine de pourcents. Cela le positionne à un tarif supérieur de 89$ au TR 1920X, même s'il faut mettre dans la balance le surcoût lié aux cartes mères TR4. Vous l'aurez compris le ratio performances/prix officiel n'est pas à l'avantage d'Intel, comme souvent, mais le street price est encore pire ! La pénurie actuelle conduit à gonfler les tarifs déjà élevés à la base. Ainsi, le Core i9-9900K est référencé aux environs de 700 €, soit un tarif doublé par rapport au Ryzen 7 2700X disponible autour de 350 €. A ce prix, il nous parait déraisonnable d'opter pour ce processeur, tout réussi fut-il. Pour ceux vraiment intéressés, nous ne pouvons que vous conseiller de vous montrer patients en attendant des tarifs plus cohérents. 

Le Core i7-9700K est-il mieux placé de son côté ? Le tarif officiel, 357$, le positionne 15% plus cher que le Ryzen 7 2700X, 5% plus rapide en moyenne sur l'exécution d'applications, mais devancé de 17% par la puce d'Intel en jeu. Si le ratio est toujours en faveur d'AMD, la tarification en boutique aggrave à nouveau la chose pour le moment, avec 549 €, soit 200 € de plus que son concurrent. Là-aussi, nous ne pouvons que conseiller le R7 2700X à ce tarif et invitons ceux intéressés à patienter jusqu'à normalisation des prix pratiqués. Finissons par le Core i5-9600K, officiellement lancé à 262$, ce qui le positionne 16% plus cher que le R5 2600X, plus rapide de 13% en application mais devancé d'une valeur similaire d'un côté ludique. Le meilleur prix actuellement référencé sur notre comparateur, le positionne toutefois 150 € plus cher que la puce rouge, c'est à dire plus cher qu'un R7 2700X, rendant ce choix à nouveau peu pertinent en l'état. Il faudra donc patienter pour une éventuelle normalisation des tarifs, avant de considérer son achat comme envisageable.   

noctua 40 bequiet 40 intel 40 Logo G.Skill

Nous remercions naturellement nos partenaires pour la mise à disposition des éléments de test.

 




Les 170 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !