COMPTOIR

Mushkin Redline VORTEX : un SSD PCIe 4.0 qui fuse, mais reste "abordable"

Mushkin n'est pas vraiment la marque qui viendra en premier à l'esprit dès lors que l'on pensera à l'achat d'un SSD. Il faut dire que le constructeur n'est plus très bien représenté en France depuis plusieurs années, certains s'en souviendront peut-être tout de même de l'époque DDR2 et DDR3. En revanche, si vous avez pour habitude de faire du shopping outre-Rhin (ou outre-Atlantique si vous aimez payer des taxes d'importations), vous aurez bien plus de chance de vous trouver face à des produits de son catalogue entièrement dédié à la mémoire et au stockage, notamment des SSD.

 

mushkin redline vortex 2tb

 

Justement, l'une des dernières séries en date est la Redline VORTEX, le nouveau haut de gamme du fabricant pour PC, mais aussi PS5. Habituellement grand utilisateur de contrôleurs Phison (comme beaucoup), Mushkin a ici fait une infidélité et opté pour la puce IG5236 « Rainier » de chez Innogrit - constructeur relativement nouveau sur le marché. Cette puce avait été présentée en janvier 2020 et a depuis été utilisée à plusieurs reprises, notamment par ADATA et son dernier XPG Gammix S70 Blade, sur lequel cette puce IG5236 se comporterait particulièrement bien avec des performances d'un très bon niveau. Si l'on s'en tient aux débits séquentiels théoriques seuls, le Redline VORTEX fait partie de la petite élite au sommet de la hiérarchie du SSD PCIe 4.0, tout là-haut dans les ~7400 - 7500 Mo/s, le plafond de cette génération. Il se montrera néanmoins un peu plus modeste en aléatoire, surtout en lecture. L'endurance est dans les clous, bien que légèrement inférieurs à la moyenne pour chaque capacité par rapport à d'autres solutions concurrentes (mais qui sont pour certaines moins rapides), mais l'écriture atteint ici un nouveau sommet pour les modèles 1 To et  2 To. 

 

Pour le reste, sachez que le contrôleur sera associé à une certaine quantité de DDR4 conformément à la capacité de stockage du SSD. La NAND est de type TLC, mais le fabricant fait partie de ceux qui ne partagent jamais (ou rarement) l'origine de la mémoire flash qu'ils utilisent. Il s'agira sans doute de NAND de dernière génération (ou presque) avec plus de 100 couches, soit de chez WD/KIOXIA, soit de chez Micron. Comme tout SSD moderne qui se respecte, le SLC caching est de la partie, sans que l'on connaisse déjà ni la nature de celui-ci (fixe ou dynamique) ni sa taille. La force du Redline VORTEX viendra aussi d'une tarification relativement « douce » pour un SSD de ce calibre et qui pourrait sans mal venir gêner les ténors du marché comme le WD BLACK SN850, le XLR8 CS3140 ou le 980 PRO de Samsung. Il ne reste maintenant plus qu'à voir s'il arrivera aussi à les titiller en usage réel !

 

MUSHKIN Redline vortex512 Go1 To2 to
Format et interface

M.2 2280 single-sided

PCIe 4.0 x4

NVMe 1.4

Contrôleur Innogrit IG5236 "Rainier"
DRAM 512 Mo DDR4 1 Go DDR4 2 Go DDR4
NAND NAND 3D TLC d'origine inconnue
Mise en cache SLC oui
Lecture - écriture séquentielle

6750 Mo/s

-

2635 Mo/s

7430 Mo/s

-

5300 Mo/s

7415 Mo/s

-

6800 Mo/s

Lecture - écriture aléatoire 4Ko

200K

-

645K IOPS

390K

-

1085K IOPS

730K

-

1500K IOPS

Chiffrement Nein
Garantie

5 ans

MTBF de 1,5 million d'heures

Endurance

250 To

DWPD = 0,27

500 To

DWPD = 0,27

1000 To

DWPD = 0,27

Autre(s) Label en graphène pour contribuer à la dissipation
Prix conseillé

78 $

125 $

? $

Page Produit Redline VORTEX

 

Un poil avant ?

Ubisoft dévoile son "Ubisoft Scalar" pour accélérer ses jeux dans le cloud

Un peu plus tard ...

OVHcloud aussi s'en prend à Microsoft auprès de l'Europe

Les 3 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !