Jim Keller, c'est le globe-trotter du hardware, la première rock star de l'IT. Le gars en question a roulé sa bosse partout, déambulant de place en place, avec comme leitmotiv, le redressement des sociétés qui ont fait appel à lui. La dernière en date à avoir tout cassé, celle qui est passée du néant à la lumière, qui a eu un plan de bataille clair avec des possibilités d'évolution énormes, c'est AMD. Mais Keller n'est pas un homme fidèle, il est un cerveau qui a su se remettre en question à chaque mission, dans des domaines particuliers, et avec des idées novatrices. C'est donc un infidèle, qui avait trouvé en Intel un challenge de poids, et ce, avec une enveloppe R&D colossale, ce dont il n'avait pu bénéficier chez AMD, mais avec un résultat prodigieux pour si peu de moyens.

 

Il y a deux jours, ce dernier a annoncé avoir démissionné de ses postes chez Intel pour des raisons personnelles. Pour probablement éviter que le géant bleu ne dévisse à la bourse, on lui a octroyé un rôle de consultant pour les 6 prochains mois, ce qui a dû quelque part rassurer les actionnaires. Des projets, il en avait plein comme il nous l'avait indiqué à l'Intel Architecture Day, et tous sont loin d'être achevés.

 

Mais la vraie question qui interroge, c'est quelles sont ces raisons ? Est-ce pour des divergences de vues chez Intel, ou bien des raisons personnelles (maladie ?). Malheureusement, le doute nous habite, car les plans actuellement chez les bleus ressemblent à un champ de patates, avec aucun chemin de tracé. Comet Lake est l'arbre qui ne cache pas la forêt, Rocket Lake l'année prochaine devrait offrir l'architecture Ice Lake en 14 nm, le tout tentant de faire oublier que le 10 nm desktop est une arlésienne technologique. Depuis deux ans qu'il est arrivé, ses apports sont maigres, on citera les puces Lakefield, mais le retard ne se comble pas sur le 10 nm.

 

C'est, dans ce contexte, dur de ne pas voir dans les difficultés du géant, des raisons au départ de Keller. Tout cela reste de la supputation, des doutes, mais il serait préférable pour Jim Keller que ce soit ça, plutôt qu'une raison personnelle triste. Certes, Intel n'a pas une équipe de charlots comme ingénieurs, mais si Keller s'y est cassé les ratounes, comment feront les autres pour ne pas suivre ?

 

kim keller 1

 Jim Keller est parti de chez Intel après deux ans de services. Mais le flou artistique des projets Intel cache-t-il quelque chose de plus grave ? 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news
Les 56 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !