Ubisoft a récemment annoncé sa décision de décommissionner les serveurs pour 15 de ses plus anciens jeux (et potentiellement les moins joués ?) d'ici le 1 septembre 2022. Qu'est-ce que cela signifie et implique ? Tout simplement qu'à partir de cette date, il ne sera plus possible d'accéder aux fonctionnalités multijoueur et que l'accès au contenu téléchargeable (comme les DLC) sera limité pour certains d'entre eux. Pourquoi une telle décision ? Comme c'est le cas généralement, il s'agit de faire des économies et de rediriger les ressources ainsi libérées vers les jeux plus récents et plus populaires.

Les 15 jeux qui vont prochainement rejoindre la liste des jeux décommissionnés d'Ubisoft : Anno 2070 (PC), Assassin's Creed II (PC et PS3), Assassin's Creed 3 (version 2012 pour PC, PS3, Wii U et Xbox 360, ne concerne pas le remaster), Assassin's Creed Brotherhood (PC, PS3, Xbox 360), Assassin's Creed Liberation HD (PC), Assassin's Creed Revelations (PS3, Xbox 360), Driver San Fransisco (PS, Xbox 360, PS3), Far Cry 3 (version 2012, PC, PS3 et Xbox 360, ne concerne pas le remaster), Ghost Recon Future Soldier (PS3 et Xbox 360), Prince of Persia : The Forgotten Sands (PC, ouais, ce jeu avait apparemment un mode multijoueur...), Rayman Legends (PS3, Wii U, Xbox 360), Silent Hunter 5 (PC), Space Junkies (PS), Splinter Cell : Blacklist (PC, PS3. Xbox 360), ZombiU (Wii U). 

 

La plupart de ces titres sont plutôt âgés, certes, à l'exception de Space Junkie, qui date de 2019 seulement. Néanmoins, nul doute que cela pourrait frustrer ceux qui touchaient toujours à l'un ou l'autre titre et se servaient des fonctionnalités multijoueur, sans oublier qu'ils ne pourront bientôt plus accéder aux DLC achetés. En somme, il leur reste deux mois pour en profiter. Ce n'est pas la première fois qu'Ubisoft effectue une telle opération, une autre identique avait déjà eu lieu en 2011 et avait déjà mis à la retraite un bon paquet de titres.

Au fond, c'est compréhensible, entretenir et faire fonctionner des serveurs n'est évidemment pas gratuit, mais cela soulève comme toujours la problématique de la propriété des contenus dématérialisés et de leur accès dans le temps. Autant on peut comprendre et accepter relativement facilement le besoin d'en finir avec le multijoueur d'un vieux jeu (quoique, une solution serait peut-être de donner aux joueurs la possibilité de faire tourner leurs propres serveurs s'ils le souhaitent avant de débrancher), mais retirer l'accès à du contenu parfois chèrement payé est beaucoup moins défendable... (Source)

 

ubisoft disconnect cdh


Un poil avant ?

Pour vendre sa plus grosse RTX 3090 Ti, EVGA offre une grosse boite à électrons avec !

Un peu plus tard ...

Comptoiroscope • Loopmancer sous perfusion DXR, DLSS et FSR

Les 48 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !