Les DRM, vaste sujet qui mène surtout à la grogne des utilisateurs et a même parfois privé certains studios de revenus, les utilisateurs refusant certaines pratiques stupides peu orthodoxes des éditeurs. Dans la rubrique des éditeurs qui font chier savent user et abuser des DRM, on peut compter Electronic Arts qui brille une nouvelle fois avec un choix étrange sur son récent Battlefield Hardline.

 

Nos confrères de chez Guru3D sont, comme vous le savez, friands de tests de cartes graphiques et intègrent Battlefield Hardline dans leur protocole. Manque de bol pour eux, Electronic Arts l'a doté d'un petit DRM sorti de derrière les fagots qui vérifie la machine utilisée pour faire tourner le jeu. Du déjà vu en fait, sauf qu'ils vont plus loin puisqu'ils listent aussi intégralement le matos embarqué et qu'il n'est autorisé que cinq changements de processeur, carte graphique ou carte mère (il en va de même si vous changez le firmware d'une des deux cartes) avant que le jeu devienne inaccessible pour 24 heures. Peut-être ont-ils trouvé une solution pour que l'on ne teste plus nos moulins à bits sur leurs jeux ? Ils éviteraient ainsi que l'on pointe du doigt la gourmandise de certains, mais se priveront aussi au passage d'une publicité non négligeable. Dans tous les cas, on ne peut qu'applaudir Electronic Arts pour ce choix une nouvelle fois hautement judicieux.

 

Battlefield Hardline DRM  


Un poil avant ?

YouTube s'essaie au streaming UHD à 60 images par seconde

Un peu plus tard ...

Le casque de VR de Valve gratuit pour les développeurs

Sur le comptoir, au ~même sujet

 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom
Les 59 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !