Comment ? Un appareil qui vibre sous Linux ? S'agirait-il d'un moyen toujours plus poussé de développer ses relations avec le matériel ? Rangez vos rêves (ou cauchemars), ce module est en fait destiné aux vibreurs de téléphone, avec en cible principale le Fairphone 2, un smartphone qui se vante d'être à la fois éthique, libre et modulaire.

 

linux sexy

 

Basé sur un module préexistant en PWM, le nouveau venu nommé gpio-vibra - à croire que tout est fait pour les jeux de mots douteux - a été envoyé dans la future version 5.2 du noyau il y a quelques jours. Les fonctionnalités restent basiques, avec la possibilité de désactiver et gérer l'intensité des vibration via une interface physique GPIO. Cependant, dans le domaine de l'IoT (et en restant pour tous publics), d'autres utilisation pourraient voir le jour, nous pensons notamment a des bracelets et montres connectées.

 

Par ailleurs, ce n'est pas la seule amélioration qui semble dans le pipeline des codeurs : le tout puissant RGB était en débat en début d'année afin d'être géré par une interface standardisée à base de fichiers - la méthode UNIX. Pas de quoi révolutionner du côté des serveurs et des performances, mais il est toujours appréciable de voir le manchot sortir de sa zone de confort ! (Source : Phoronix)

 Des machins vibrant dans le noyau Linux ? Voilà qui va faire plaisir à certains utilisateurs... 

Sur le comptoir, au même sujet

 
 
 
 
 

afficher plus de prixAffichez donc moi tout, nom de nom

Plus d'infos avec le comptoir de l'info

Voir plus de news

Ragotron : votez !

Quel composant ou quel groupe de composants changez vous le moins souvent ?
 
Les 8 Ragots
   
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !