C'est en 2020 qu'on avait entendu dire que SMIC allait se lancer dans la course au 7 nm avec son FinFET N+1 et N+2 possédants a priori des caractéristiques similaires aux 7 nm des concurrents comme TSMC, et un peu plus tard que son partenaire InnoSilicon avait déjà effectué le premier tape-out d'une puce 7 nm basée sur le procédé de SMIC. L'on en aura plus trop entendu parler depuis, jusqu'à la découverte récemment de l'existence d'un SoC 7 nm (assez rikiki, 4,6 x 4,2 mm seulement) au sein d'une machine chez MinerVA pour miner du Bitcoin - la MV7 embarquant 120 de ces puces pour un hashrate maximal de 105 TH/s et une conso de 3300 W.

Cette puce serait apparemment en circulation depuis juillet 2021, mais l'on ne sait pas si elle est basée sur le N+1 ou le N+2 ni d'ailleurs le volume dans lequel elle a été produite. Selon TechInsights, qui a pu examiner et faire la rétro-ingénierie du SoC en question, son procédé 7 nm présenterait de très forte similarité avec le 7 nm de chez TSMC. L'analyste a ainsi soulevé l'hypothèse d'une copie presque parfaite. Pour l'anecdote, le fondeur taiwanais avait déjà poursuivi SMIC à deux reprises en 2002 et 2006 pour avoir copié sa technologie de gravure. Faut-il s'attendre à une nouvelle bataille en justice ? 

 

smic soc asic 7 nm minage

 

minerva pcb mv7 soc 7nm smic

 

Néanmoins, TechInsights explique également que les nodes 7 nm de TSMC, Intel ou encore Samsung restent tout de même de loin meilleurs et en avance d'au moins deux nodes par rapport à ce qu'ils ont réussi à déterminer du 7 nm de SMIC (rappelons toutefois que l'appellation 7 nm est aussi très marketing, peu importe le fondeur). En sus, du fait de l'usage supputé d'une machinerie DUV d'ancienne génération, les puces fabriquées ne seraient pas parfaites et les résultats ne seraient pas très bons d'un point de vue économique et de rendement.

En attendant, tout en étant très lourdement sanctionné et fortement restreint dans ses opérations, et a priori sans avoir accès aux outils de production de dernière génération (SMIC peut à ce jour encore acheter du scanner DUV, pour l'instant, mais n'a pas accès aux machines EUV ni High-NA EUV), SMIC a donc réussi à reproduire ce qui serait un procédé de classe 7 nm presque parfait. Ainsi, au fur et à mesure que SMIC améliore son procédé dans ses labos, le fondeur devrait aussi progressivement pouvoir produire des puces de plus en plus complexes, plus larges et plus variées - précisément ce que les USA cherchent à empêcher par tous les moyens. (Source)


Un poil avant ?

11 fabs pour 200 milliards de $ aux USA par Samsung d'ici 2042 ?

Un peu plus tard ...

CPU-Z se paye un Raptor à 32 threads

Les 8 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !