COMPTOIR

Morris Chang, c'est le mec qui a fondé TSMC il y a longtemps. Aujourd'hui partiellement retraité, l'homme n'est plus impliqué dans les affaires quotidiennes de son entreprise, fleuron de l'industrie taiwanaise, mais ce n'est pas pour autant qu'il a arrêté d'avoir des opinions sur les divers sujets affectant l'entreprise et on se doute bien qu'il ne manque jamais aussi d'en toucher un mot à Mark Liu (le PDG de TSMC) si nécessaire. En bref, Morris Chang dit ne pas être très impressionné par les efforts des Américains en particulier (mais on imagine que ce qui suit pourrait très facilement aussi s'appliquer à l'Europe dans une certaine mesure) pour relancer la production locale de semiconducteur. Il est même allé jusqu'à dire que cette tentative se soldera en « un exercice inutile et couteux dans la futilité », rien que ça ! Comment en est-il donc arrivé là ?

 

C'est simple, le fondateur de TSMC est d'avis que les USA n'ont pas le personnel qu'il faut pour travailler dans les fabs ni pour pouvoir faire tourner les usines 24h/24 et 7j/7, contrairement à Taiwan ! Sur ce point-là, il n'aurait effectivement peut-être pas tort, on sait que TSMC a actuellement du mal à trouver du personnel (qualifié ?) pour peupler sa future usine arizonienne (dont la construction sur le territoire avait été exhortée par le gouvernement américain, selon Morris Chang), au point où le fondeur songerait à avoir recours à l'immigration de travailleurs taiwanais. Cette difficulté à trouver de l'employé américain pourrait en partie être liée à des conditions de travail potentiellement peu attractives, il faut dire que TSMC navigue en terrain assez inconnu à cet égard... Dans tous les cas, Morris Chang estime que les fonderies américaines auront bien du mal à lutter à l'international, à cause des couts de production jusqu'à 50 % plus élevés pour une puce produite aux USA face à l'alternative taiwanaise. En sus, il ne croit pas à l'autosuffisance américaine en matière de semiconducteur, en dépit des milliards de subventions gouvernementales. Bon, même si ça ne changera probablement rien aux affaires en cours, au moins c'est clair... 

 

 Pour ceux que ça botte, voici le podcast de l'interview avec Morris Chang. 

 

D'un autre côté, Morris Chang a tout de même admis que ce pari des USA pourrait payer en cas d'une invasion de Taiwan par la Chine, bien qu'il y aurait évidemment aussi d'autres problèmes majeurs à prendre en compte si une telle situation devait un jour se présenter. Pour ne pas dire que du négatif, le fondateur a tout de même salué le talent américain pour la conception de semiconducteur (ce qui n'est certainement pas la même chose que d'être un « simple » ouvrier ou un ingénieur dans une fab), chose qui, selon lui, manque cruellement à Taiwan et particulièrement chez TSMC (cette affirmation a tout de même un peu de quoi surprendre).

S'il y a sans aucun doute des critiques assez pertinentes dans cet avis (plutôt politique) de Morris Chang. Il semble évident aussi que ce dernier ne doit pas voir d'un très bon œil la volonté américaine (et dans une moindre mesure, européenne) de reprendre un peu la main sur leur approvisionnement en semiconducteur, un tournant qui pourrait à plus ou moins long terme remettre en question le statut de l'Asie dans ce domaine et donc forcément concurrencer le travail de son entreprise, TSMC. M'enfin, on y est pas encore... (Source)

 

tsmc morris chang fondateur

Un poil avant ?

USB-C pour tous (en Europe), ça avance !

Un peu plus tard ...

SilentiumPC sort ses AIO Navis, what else ?

Les 14 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !