COMPTOIR

Un partenariat STMicroelectronics - GlobalFoundries pour une usine en France ?

Pendant qu'Intel progresse et que TSMC continue à se faire désirer, deux autres fondeurs seraient actuellement en pourparler pour la construction d'une nouvelle usine en France. Les deux acteurs du semiconducteur ne seraient nulle autre que le Californien GlobalFoundries et le franco-italien STMicroelectronics basé à Grenoble. Pour l'anecdote, les deux fondeurs se sont déjà rapprochés en avril dernier, avec Soitec et le centre de recherche CEA, dans le cadre d'une nouvelle collaboration pour la conception de la prochaine génération de technologie FD-SOI - une technologie déjà utilisée depuis longtemps par STM et Glofo s'y est investie davantage récemment, notamment depuis l'introduction de sa technologie 22FDX, d'ailleurs utilisée par STM depuis peu. En parallèle, Glofo et STM avaient également annoncé vouloir travailler ensemble dans ce domaine pour supporter la France et l'Europe, sans toutefois entrer plus dans les détails.

 

On ne sait pas si la rumeur du jour est à placer ou non dans ce cadre en particulier. En tout cas, hasard ou pas, il se dit que les deux entreprises souhaiteraient elles aussi profiter de la volonté européenne de récupérer 20 % des parts de la production mondiale de semiconducteur d'ici 2030 et donc de l'enveloppe de 45,3 milliards d'euros de subventions prévus par le Chips Act européen pour financer cette ambition. Cependant, aucune décision définitive n'aurait déjà été prise et la taille du projet serait encore assez floue. La nouvelle usine française pourrait toutefois se concentrer sur la production de puces très économes basées sur des technologies avancées.

Interrogées à ce sujet, ni Glofo ni STM n'ont répondu directement à la question, mais sans pour autant nier quoi que ce soit. GlobalFoundries s'est contenté de dire qu'il partagera plus d'information au moment opportun s'il y a lieu de le faire. STMicroelectronics a dit ne pas vouloir commenter des spéculations, tout en ajoutant que l'entreprise est prête à travailler avec les autorités publiques pour aider l'industrie du semiconducteur. Le fondeur a tout de même affirmé qu'il sera un contributeur clé à l'augmentation de la production de semiconducteur en Europe et à l'indépendance de la chaine d'approvisionnement pour l'industrie européenne. 

 

À ce jour, STMicro possède déjà trois usines en France et deux autres en Italie, pour un total de plus de 11 000 employés. GlobalFoundries n'a encore aucune présence en France, mais possède un site de production important à Dresde, en Allemagne. En cas d'accord, les deux fondeurs pourraient ainsi créer la deuxième usine issue du Chips Act de l'UE, la première étant naturellement celle d'Intel. On rappellera que ce dernier devrait recevoir pas moins de 6,8 milliards d'euros de subventions pour la première phase de Silicon Junction en Allemagne. (Source : Bloomberg, Computerbase)

 

european chips act presentation

Un poil avant ?

La Radeon 6700 n'existe pas, mais la RX 6700, oui !

Un peu plus tard ...

Starfield en pixels et en action !

Les 24 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !