Juger de la performance de la percée de Windows 10.1 Windows 11 seulement presque 2 mois depuis son lancement est peut-être un peu prématuré, même si cela peut tout de même nous donner une petite idée de l'engouement général du public et c'est précisément le travail que l'entreprise d'analyse Lansweeper a effectué en « interrogeant » plus de 10 millions de PC personnels et pros dans le monde. Ses résultats nous montrent que seulement 0,21 % des utilisateurs ont effectué la mise à jour de Windows 10 à Windows 11, alors qu'il y aurait encore 3,62 % à être sous XP et 0,95 % sous Windows 8, des versions plus supportées depuis longtemps ! Oups. L'opération est certes toujours gratuite, mais elle a cette fois-ci des exigences matérielles plutôt élevées et donc assez contraignantes.

 

Tout d'abord, l'obligation d'avoir une machine compatible TPM 2.0 et un processeur plutôt  récent, ce qui disqualifie d'emblée une bonne partie des intéressés (fussent-ils particuliers ou pros) à moins d'accepter d'expérimenter avec des contournements, ce qui n'est pas idéal non plus pour tout le monde. Cela dit, le problème du TPM concerne en principe moins les machines des OEM que les PC assemblés maison, à condition d'avoir fait (et d'abord reçu) toutes les mises à jour requises. 

Avec ceci, Microsoft a aussi effectué bon nombre de modifications de l'UI de son OS, changements pas toujours très appréciés pour diverses raisons et chamboulant encore une fois les habitudes des utilisateurs (cela dit, une mise à jour avec bon nombre d'améliorations fonctionnelles est au programme avec la build 22509), mais n'a réellement apporté d'améliorations utiles qu'à un public restreint (notamment VRR et HDR pour les joueurs, WSL2 pour les pros) ou spécifiques à une classe de produit (le scheduler remanié pour les CPU hybrides Alder Lake).

Les pertes de performances et autres bugs avec le nouvel OS dans certains cas de figure n'ont pas non plus aidé à lui donner une bonne image. Enfin, on peut aussi noter qu'il n’y a pas eu de lancement majeur de hardware entre-temps qui aurait pu booster ne serait-ce qu'un peu l'adoption de Windows 11. D'un autre côté, les utilisateurs de Windows 10 ont aussi la garantie de recevoir des mises à jour jusqu'à mi-2025. Autrement dit, la transition n'est pas urgente pour la grande majorité du public et cela leur laissera autant de temps pour s'équiper correctement pour Windows 11 (ou 12).

 

Au fond, cette contre-performance apparente dans les premiers mois de son existence n'est pas tellement une surprise. Windows 8/8.1 aussi avait été très lent au démarrage et surtout avait eu énormément de mal à convaincre face à l'excellent et durable Windows 7. Par contre, la transition Windows 8.1 vers Windows 10 avait déjà rencontré un meilleur succès, peu étonnant considérant que la génération W8 n'avait jamais vraiment séduit et que l'évolution était gratuite, sans oublier que la migration fut également un peu plus forcée que d'ordinaire, particulièrement pour les utilisateurs toujours sous Windows 7.

Bref, Windows 11 à la saveur d'un Windows 10.1 plus qu'autre chose et semble être à Windows 10 ce que Windows 8/8.1 a été à Windows 7, à savoir une mouture peu convaincante de prime abord, du moins pour l'instant. Attendons tout de même de voir comment évoluent les choses au fil des prochains mois. L'avenir nous dira si W11 aura simplement été un peu long à la détente, ou pas. À défaut, vivement Windows 11.1, ce que Windows 11 aurait dû être dès le début ? (Source)

 

windows 11 [cliquer pour agrandir]


Un poil avant ?

Attention : arrivage de la version 2 des extensions SGX de chez Intel dans le noyau Tux !

Un peu plus tard ...

Au tour d'AMD de proposer son premier pilote du mois

Les 58 ragots
Les ragots sont actuellement
ouverts à tous, c'est open bar !